Résultat pour: #coupe stanley

«Pacioretty c'est pas sa game ça passer des pucks» dit Guy Lafleur
Publié il y a 3 jours

27737

Plusieurs personnalités du Canadiens, dont plusieurs ex-joueurs en plus de Geoff Molson, s'étaient donné rendez-vous hier à Trois-Rivières pour l'inauguration de la quatrième patinoire construite à l'extérieur de Montréal par la fondation mise en place par l'organisation.

Gagnant de 5 Coupes Stanley et auteur de 560 buts en carrière dans la LNH, Guy Lafleur, présent sur place fut évidemment questionné sur la saison actuelle du Canadien qui en déçoit plus d'un. Voici quelques-unes de ses réponses:

Les sacs de papier placés sur la tête des statues du Canadien:

«C'est pas grave ça, les partisans ont chacun leur façon de... peut-être qu'ils voulaient pas qu'on voit ce qui se passe?» a ironisé l'ex-numéro 10 du CH: «Une tuque ça aurait été mieux» a-t-il ajouté, pour détendre l'atmosphère.

Concernant la relève chez le tricolore:

«C'est en persévérant puis en donnant ton maximum que tu va t'améliorer d'année en année. On regarde certains joueurs qui ont été dans le club ferme et qui ont ont été échangés ailleurs, qui performent puis qui performeront pas ici... c'est une question de timing je pense» a dit Lafleur qui a toujours été reconnu pour son éthique de travail dans sa préparation.

Un coup de coeur dans l'édition actuelle du Canadien?

«Moi j'aime bien Galagher parce que depuis son arrivée avec le Canadien, il a toujours montré un leadership extraordinaire puis c'est un gars qui va les manger les bandes, tu sais, il veut gagner...peut-être que certains joueurs devraient le regarder puis essayer de l'imiter un petit peu côté jeu, côté vouloir vraiment gagner. Faut que tu sois passionné par le hockey, faut que tu veuilles vraiment gagner, tu as 20 joueurs dans une équipe puis les 20 joueurs faut qu'ils pensent de la même façon» a-t-il expliqué.

Des trucs à donner aux marqueurs qui ont de la difficulté chez le Canadien?

«Non j'ai pas de trucs, ils ont assez de personnel dans le département du hockey pour leur donner des trucs...j'ai pas de trucs à donner à part que de ne jamais lâcher... je veux dire, Pacioretty c'est à force de lancer puis lancer...si il passe son temps à passer des pucks, c'est pas sa game ça passer des pucks. Faire des passes quand t'as des opportunités de lancer... bien des joueurs ont souvent des opportunités de lancer, puis on va essayer de faire une passe, une passe de trop...alors ça met pas les chances de ton bord non plus» a dit celui que les fans du CH appelait le démon blond.

Il faut toujours lire entre les lignes concernant ce que dit Guy Lafleur qui réussit toujours à passer ses messages dans des propos en apparence anodins.

Entendu sur les ondes du 98,5 FM à Montréal et le réseau des radios parlées de Cogeco à l'émission Les Amateurs de Sports avec Mario Langlois le 17 janvier 2018.


Le985RE Le985RE
Membre depuis il y a presque 3 ans

03:02

150

Et si les Golden Knights gagnaient la Coupe Stanley?
Publié il y a 7 jours

27728

On peut sortir un gars de la radio mais sortir la radio d'un gars...

Mario Hudon, le «Gérant d'estrades», n'a pu se retenir plus longtemps et le voici de retour pour parler de sport ici même sur radioego.com.

Cette semaine, en compagnie d'Alain Dufresne, le «Gérant d'estrade» se questionne sur la possibilité de voir les Golden Knights gagner la Coupe Stanley à leur toute première année dans la LNH et des impacts que ça aurait pour la ligue et pour les autres équipes bien établies qui bâtissent leurs équipes un joueur à la fois souvent à coup de millions.

Vous avez beau penser que tout ça est utopique, nous vous rappelions qu'à la mi-saison, Vegas est l'équipe qui a le moins de défaite cette année à égalité avec le Lightning avec 10 et trône confortablement au premier rang de la conférence de l'Ouest.

Merci à l’École nationale de radio, le CRTQ (Le Collège radio télévision de Québec) et à Alain Dufresne pour avoir rendu possible la réalisation de cet enregistrement.


Gérant D'estrade Gérant D'estrade
Membre depuis il y a 7 jours

17:06

111

«Québec est encore dans les cartes...juste pas aujourd'hui»  —Geoff Molson
Publié il y a environ un mois

27662

Le grand patron des Canadiens de Montréal Geoff Molson a donné une de ses rares entrevues hier avec Ron Fournier au 98,5 FM à Montréal. Invité au départ à parler de l'inauguration d'une autre patinoire Bleu blanc rouge cette fois au parc De Mésy d'Ahuntsic-Cartierville mercredi, la discussion a rapidement déviée vers la saison actuelle de l'équipe et sur quelques dossiers qui meublent les discussions dans la LNH présentement.

Voici en mode question/réponse, un résumé de la rencontre entre les deux individus: 

Question de Ron Fournier: Comment composer avec la critique?

Réponse de Geoff Molson: Il y a énormément de passion pour cette équipe au Québec puis à Montréal. Quand ça va bien, je comprend que la passion est bien élevée…quand ça va mal c’est complètement l’opposé et moi je comprend très bien ça…quand ça va mal, le monde veule en parler…l’ère moderne, 2017-2018, c’est facile pour nos partisans de nous rejoindre par les réseaux sociaux, on reçoit de leurs messages constamment. 

Y-a-t-il plus de pression de réussir ici à chaque saison qu'ailleurs dans la ligue?

Réponse de Geoff Molson: Avec notre histoire de 24 Coupes Stanley et beaucoup de succès dans les 100 dernières années, les attentes sont très élevées. À chaque année, on doit avoir une équipe qui est capable de gagner… 

Pourriez-vous envisager nommer un jour un président hockey à Montréal?

Le plus important c’est que je donne les moyens à Marc de bien s’entourer, c’est ça qu’il fait.

Jeff, vous n’entrevoyez pas le retour des Nordiques dans un avenir rapproché, vous savez que je vous pose la question parce que c’est pas que vous ne voulez pas cela, c’est la ligue qui a décidé ça, ce sont les 10 propriétaires sur le comité exécutif…à la lumière des annonces que Monsieur Bettman a fait la semaine dernière là, effectivement ça ne regarde pas bien pour les gens de Québec. Pourquoi Seattle même Houston semble plus attrayant que Québec?

Je pense que Québec est encore dans les cartes, juste pas aujourd’hui. Je pense que l’année passée c’était Québec et Vegas, ils ont soumis leur candidature, et leur candidature est encore en place, mais là il y a Seattle qui lève la main et qui veut soumettre une candidature, alors ça c’est approuvé et accepté pour voir ce que Seattle veut faire en terme d’équipe dans la Ligue Nationale, puis après ça on verra. Honnêtement, c’est quelque chose qui est dans les mains de la ligue. Il y a pas de vote, y’a pas de discussion autour de la table pour tester si un marché est mieux que l’autre. C’est vraiment la ligue qui font leur devoir, leur recherche, puis ils vont vers tous les propriétaires pour faire des propositions.

Avez-vous donné des directives à Marc Bergevin afin de «bouger» d'ici la fin de la saison avant qu’il ne soit trop tard?  

L’équipe veut toujours s’améliorer, et Marc va toujours continuer de l’améliorer, mais il ne fera pas un échange juste pour en faire une…il a un plan, et on le connait à l’interne et si on réussi à le réaliser, on pense qu’on va être dans une meilleur position...

Entendu Le 13 décembre 2017 dans Bonsoir les Sportifs avec Ron Fournier au 98,5 FM et le réseau des radios parlées de COGECO.


Le985RE Le985RE
Membre depuis il y a presque 3 ans

11:10

289

Patrick Roy de retour avec le CH: «Je suis sur que c'est dans sa tête, je crois qu'il ferait une job incroyable avec le CH»  —Jonathan Roy
Publié il y a environ 2 mois

27591

Avec le début de saison décevant que le Canadien de Montréal connait, (9 victoires en 24 matchs), bien des spéculations se propagent sur les réseaux sociaux sur des changements que l’organisation devraient effectuer pour améliorer le sort de l'équipe, et ça va bien au-delà des changements sur la glace! La haute direction reçoit son lot de critique depuis quelques temps, et malgré que l’entraineur Claude Julien soit plutôt épargné par les fans et analystes, le directeur général Marc Bergevin et le très grand patron Geoff Molson sont constamment pointés du doigt sur la situation actuelle du CH, de son rendement et surtout des projections d’avenir qui ne sont pas vraiment encourageantes.

Ce n’est pas un secret que le nom de Patrick Roy a souvent été mentionné comme un potentiel dirigeant de l’équipe pour faire suite à ceux en place si la situation ne s'améliore pas rapidement. Le Canadien a souvent eu du succès avec à sa tête des personnes qui ont été «élevés» dans l’organisation. L’ex #33 du tricolore deviendrait dont un candidat de choix pour revenir à un modèle de gestion qui a souri à l’organisation dans le passée. Il a gagné partout ou il est passé, incluant avec le tricolore, et pourrait amener cette attitude de gagnant qui semble avoir quitté l'organisation Montréalaise depuis... son départ.

L'un des deux fils de Patrick, Jonathan, était l’invité du «Boost», émission animée par Philo Lirette sur les ondes d’Énergie 94,3 à Montréal vendredi dernier. Dans le segment audio, repris par l’équipe du matin de fin-de-semaine à CHOI Radio X, celui qui est maintenant chanteur fut questionné au sujet de l’intérêt de son père de joindre l’organisation du Canadien si jamais il recevait un appel. Sa réponse fut très honnête et sans hésitation, la voici: «Je crois vraiment que oui, mon père aimerait faire ça, j'en suis persuadé… On parle pas de ça à la maison, mais je suis sur que c’est dans sa tête puis je pense qu’il ferait une job incroyable pour les Canadiens de Montréal. Il a le CH tatoué sur le corps (coeur)», a dit celui qui a joué longtemps comme gardien de but avec l’équipe que son père dirigeait, les Remparts de Québec dans la LHJMQ. Pour conclure sa réponse, Jonathan Roy a ajouté une chose très intéressante: «Moi je le dis depuis le début; ¨St-Patrick’s curse¨, depuis ’95 ou on l’a échangé, je crois qu’elle va se terminer quand il va revenir…» Faisant référence au mauvais sort qui s’acharne sur l’équipe depuis que Roy a été limogé suite à une controverse avec l'entraineur du moment, Mario Tremblay. Le Canadien n'a pas remporté de Coupe Stanley depuis 1993, alors que le gardien était dans les buts, puis Patrick Roy a ensuite remporté deux autres Coupe Stanley avec l’Avalanche du Colorado, les anciens Nordiques de Québec, qui ont déménagé tristement à Denver en 1995 justement la même année que Roy a quitté Montréal.

Quelle saga encore une fois entourant l’une des équipes de sports qui fait le plus parler sur la planète, principalement parce que le hockey est beaucoup plus qu’un sport à Montréal, c’est un mode de vie pour bien des fans qui n’acceptent simplement pas que le CH perde, et qui sont prêts à tout pour changer les choses, incluant influencer les prochaines décisions comme ils le peuvent pour améliorer l’équipe.

Entendu sur les ondes de CHOI Radio X 98,1 à Québec dans l'émission «Le Show du Matin Week-end» avec Alex Leblond le 26 novembre 2017 (RNC MÉDIAS).


CHOI981RE CHOI981RE
Membre depuis il y a presque 3 ans

03:39

394

Serge Savard a parlé de défensive, de victoires, de Bergevin et de ...Patrick Roy au 91,9 SPORTS
Publié il y a environ 2 mois

27574

Michel Langevin et Enrico Ciccone se sont entretenus avec Serge Savard ce matin au 91,9 SPORTS à Montréal. Ils ont parlé ensemble des déboires actuels du Canadien et essayé de comprendre ce qui s'est passé pour en arriver ou là ou l'équipe se trouve présentement..

Le dernier directeur général à avoir gagné la Coupe Stanley à Montréal a parlé beaucoup de l’importance d’inculquer une mentalité de victoire à l’équipe, un principe qui a toujours été présent dans cet organisation: «On voulait même pas perdre les parties d’exhibitions» a dit l’ex-numéro 18 du CH. Il a aussi parlé de l’importance de la défensive dans la mentalité du tricolore depuis toujours: «L’histoire du club de hockey Canadien, ça a toujours été la défensive. Moi je me rappelle mon premier meeting avec Canadien, Toe Blake était l’instructeur. Toe Blake a dit: moi je vous garanties que si on donne moins que 185 buts contre, on sera en première position» a dit Savard. Rappelons que malgré une excellente fiche l’an passée, 46 victoires et 26 défaites, le CH a quand même donné 200 buts!

Entendu sur les ondes de 91,9 SPORTS à Montréal dans l'émission Du sport le matin avec Michel Langevin et Enrico Ciccone le 21 novembre 2017 (RNC MÉDIAS).


CKLXSPORT CKLXSPORT
Membre depuis il y a plus de 2 ans

18:24

989

CH en déroute: «Faut être jugé sur les gestes qu’on pose et sur les résultats de l’équipe» —Serge Savard
Publié il y a environ 2 mois

27572

Un des plus grand défenseur de l’histoire du Canadien et le dernier directeur général de l'équipe a avoir remporté une Coupe Stanley; Serge Savard, était l’invité de Mario Langlois hier à l’émission Les Amateurs de Sports au 98,5 FM. Il a parlé très ouvertement de la situation actuelle du tricolore, une situation qui inquiète beaucoup ceux qui suivent les activités de l'équipe depuis le début de la saison.

10 phrases marquantes de la rencontre entre Serge Savard et Mario Langlois:

1- «J’ai toujours dis que les Nordiques nous ont rendu meilleurs comme organisation parce qu’ils nous ont fait travailler deux fois plus fort»

2- «J’ai gagné deux Coupes Stanley comme gérant générale et je me suis fait congédier après 4 matchs en début de saison»

3- «Carey Price, pendant des années, l’organisation s’est pourfendu à dire qu’il était le meilleur gardien de la planète, pis on l’a payé 10 millions par année, pis aujourd’hui, ben, c’est comme si on savait rien, tu sais, je commence à être tanné, bas du corps, haut du corps, on est pas au courant de rien, je pense que le monde mérite d’être informé…»

4- «En 1986… je me suis aperçu qu’il y avait une rébellion à l’intérieur du club, tout le monde voulait la tête de Jean Perron, je me suis assis avec 8 ou 9 de mes vétérans… pis je leur ai dit qu’ils étaient pas question de mettre Jean Perron à la porte pis que c’était à eux autres de décider si ils voulaient jouer ou pas jouer ou qu’ils s’en aillent chez-eux…plus tard on a gagné la Coupe Stanley»

5- «Il se passe des choses…il faut identifier le problème et après ça, il faut le régler!»

6- «Cette année, on avait deux gars là, nos deux meilleurs joueurs de l’équipe l’an passée, y’en a un qui s’appelait Markov, pis l’autre Radulov, ces deux-là voulaient jouer à Montréal pis on a réussi à les faire signer ailleurs…»

7- «Un moment donnée, tu peux pas reconstruire une défensive en une fin-de-semaine là…»

8- «Le monde ont le droit de huer…c’est eux autres qui paient pour entrer pis qui reçoivent une augmentation sur leurs billets de saison»

9- Concernant la direction: «Ils ont tous des contrats jusqu’en 2022, c’est fatiguant la…»

10- «Quand on a envoyé Subban qu’est-ce qu’on a dit? ¨On a besoin de leadership y’a pas de leader sur cette équipe là¨. Moi je me rappelle que Subban avait battu les Bruins de Boston presqu’à lui seul dans une série, mais on a été chercher Weber, j’ai rien contre Weber, on était sensé faire un pas en avant, pis d’être de beaucoup supérieur, pis d’aller chercher un leadership qu’on avait pas, ben ça s’est pas matérialisé là…Weber, Canadien est pris avec un contrat de 16-17 millions par année»

11- «Ce que j’ai pas aimé… quand un recruteur dit, c’était pas mon choix parce que ça s’est avéré un mauvais choix, je trouve ça cheap shot un peu»

Entendu sur les ondes du 98,5 FM à Montréal dans l'émission Les Amateurs de Sports avec Mario Langlois le 20 novembre 2017 (COGECO).


Le985RE Le985RE
Membre depuis il y a presque 3 ans

23:03

653

«P.K. get over it…passe à d’autres choses» dit Enrico Ciccone
Publié il y a 2 mois

27568

Suite à un article de Brendan Kelly de The Gazette à Montréal titré: «Reflections of P.K. Subban, 16 months after The Trade» (The former Canadiens star on life in Nashville, his continued ties to Montreal and the question that haunts him still: Why was he let go?), un article qui présente P.K. Subban comme quelqu’un qui se pose encore des questions sur la transaction qui l’a envoyé à Nashville il y a 18 mois, Enrico Ciccone a pété sa coche et a dit aux journalistes et à P.K. de «passer à autre chose!»

«Arrête, va pas là» a suggéré Ciccone a Subban alors que Langevin lui a ajouté que c’était la transaction la plus importante de l’histoire du club: «Ouais mais pour le gars personnellement, il peux-tu passer à autre chose?» A dit Enrico: «Il a une Coupe Stanley à aller chercher avec les Prédateurs…regarde, passe à d’autre chose, arrête de brasser de la marde…pis en même temps, c’est tu le temps de brasser de la marde pour la Canadien? Parce que là, à partir d’aujourd’hui, les gens vont entrer dans la facilité, là c’est facile fustiger, tirer sur quelqu’un, cracher dans face a quelqu’un, un dirigeant du Canadien, c’est facile de le faire, c’est payant aujourd’hui. Il y en a qui vont se payer la traite sur Marc Bergevin, sur Jeff Molson, sur Julien, ils vont se payer la traite sur tout le monde...» a dit Ciccone visiblement tanné d'entendre parler de P.K. sur le même sujet et des critiques qui arrivent de toute part sur l'organisation montréalaise.

Entendu sur les ondes de 91,9 SPORTS à Montréal dans l'émission Du sport le matin avec Michel Langevin et Enrico Ciccone le 20 novembre 2017 (RNC MÉDIAS).


CKLXSPORT CKLXSPORT
Membre depuis il y a plus de 2 ans

03:53

240

Carey Price: «Ça me fait rappeler un peu ce qui s’est passé avec moi à Vancouver» —Roberto Luongo
Publié il y a 2 mois

27537

Le gardien Roberto Luongo des Panthers de la Floride était en entrevue avec Jean-Charles Lajoie à l’antenne du 91,9 SPORTS le lundi 13 novembre dernier. Questionné sur la situation actuelle de Carey Price avec le Canadien, Luongo a fait un parallèle avec ces années passées à Vancouver, ou chacun de ses gestes et chacune de ses réactions étaient analysés par la faune médiatique d’une ville ou le hockey a beaucoup d’importance, comme à Montréal. 

«Ça me fait rappeler un peu qu’est-ce qui s’est passé avec moi à Vancouver» a-t-il commencé par dire: «Je pense que Carey c’est l’un des meilleurs gardiens du monde, sinon le meilleur, écoute, quand tu es un gardien de but, tu peux pas être à la hauteur du jeu 100% du temps…au bout de la ligne, si tu regardes les statistiques à la fin de la saison, elles vont être là» a expliqué Luongo, pour minimiser les contre-performances du numéro 31 du Canadien depuis le début de la saison avant cette blessure nébuleuse dont nul ne peut vraiment dire la gravité.

«Trouves-tu que le public et les médias sont trop durs à l’endroit des joueurs vedettes du Canadien, particulièrement un gardien de but comme ça?» A demandé JC Lajoie: «C’est la nature du marché, c’est quelque chose qu’il faut accepter. Je pense que pour moi, dans ma situation, j’avais de la misère à l’accepter quand j’étais là, pis vers la fin de mon séjour à Vancouver, j’ai commencé à comprendre comment ça marchait, puis j’ai accepté le fait que quand ça va pas bien, ça va être de même, c’est la nature du business, c’est de même ça marche dans tous les sports, quand ça va pas bien, tu vas recevoir des critiques, c’est de la manière que tu réagis et que tu acceptes ça qui va déterminer comment tu peux agir dans le futur» a dit celui qui aura passé près de 8 ans avec le Canucks, dont 6 avec 30 victoires et plus. Son séjour fut teinté de lourdes critiques par la presse et les partisans alors qu’il n’aura jamais réussi à offrir une Coupe Stanley aux fans d’une équipe bâtie un peu autour de lui.

 

Le gardien n’a pas voulu élaborer lorsque l’animateur lui a demandé si Carey Price pourrait demander de sortir de Montréal éventuellement: «Je ne peux pas faire de prédictions de cette nature là» a-t-il répondu, avec un sourire dans la voix.

 

Entendu dans Jean-Charles en liberté avec Jean-Charles Lajoie au 91.9 SPORTS le 13 novembre 2017. (RNC MÉDIAS)


CKLXSPORT CKLXSPORT
Membre depuis il y a plus de 2 ans

03:58

241

CH en déroute «Je pense que l'argent a changé beaucoup les choses au niveau du vestiaire» —Benoît Brunet
Publié il y a 3 mois

27372

L'ex-joueur du Canadien Benoît Brunet s'en ai pris à ceux qui ont dit cette semaine que l'édition de 1993 a été chanceuse de gagner la Coupe Stanley et il a expliqué pourquoi ce n'était pas que de la chance. Entendu dans Les Amateurs de Sports avec Jérémie Rainville au 98,5 FM et le réseau des radios parlées de COGECO le 21 octobre 2017.


Le985RE Le985RE
Membre depuis il y a presque 3 ans

02:36

156

«C't'une vraie honte de vouloir aller là-bas, d'aller prendre une photo avec Trump, qui va être là, pis qui va rire...» —Georges Laraque
Publié il y a 4 mois

27159

Dans Laraque-Gonzalez, Georges Laraque fait une montée de lait contre les Penguins de Pittsburgh qui ont décidé de se présenter à la Maison-Blanche avec la coupe Stanley. Entendu au 91,9 Sports FM, Laraque-Gonzalez. RNC MEDIA. 26 septembre 2017.


CKLXSPORT CKLXSPORT
Membre depuis il y a plus de 2 ans

06:58

246

logo radioego

radioego.com