Résultat pour: #Montréal

Le CH a perdu 23% de son auditoire télé dans sa cible 25-54 ans en 1 an!
Publié il y a 27 jours

27767

On a appris dans un texte publié dans La Presse+, sous la plume de Vincent Brousseau-Pouliot, les résultats de cotes d'écoute en baisse des matchs du Canadien de Montréal cette année sur les deux réseaux québécois de télé qui possèdent les droits de diffusion. Voici les grandes lignes.

Rappelons qu'autant RDS que TVA Sports paient 60 millions par année pour avoir le droit de diffuser des matchs: 60 matchs pour RDS et une vingtaine pour TVA SPORTS (en plus des matchs des autres équipes de la ligue).

Il y a eu 13% de cotes d'écoute en moins comparativement à la saison dernière avec une moyenne de 592 000 téléspectateurs par match.

-23% en un an dans la tranche d'âge la plus intéressante pour la vente de pubs, les 25-54 ans. (194 000 vs 250 000).

Dans cette même tranche d'âge «payante», les diffuseurs avaient fixé leur prix de ventes publicitaires en fonction de prévisions de cotes d'écoutes de 295 000 téléspectateurs pour RDS et 275 000 pour TVA SPORTS. Les résultats ont plutôt été 34% plus bas pour RDS et -35% pour TVA SPORTS. Ce qui fait que les réseaux ont du compenser les annonceurs en offrant de la pubs dans les autres émissions du réseau.

L'article souligne que les chiffres d'écoute à la radio sont plutôt stables avec 32 300 auditeurs en moyenne par match.

Paul Houde et Jeremy Filosa ont parlé du phénomène hier au 98,5 FM à Montréal dans l'émission Le Québec Maintenant avec Paul Houde le 24 janvier 2018 (COGECO).


Le985RE Le985RE
Membre depuis il y a presque 3 ans

01:51

126

La vraie raison de son départ? «Subban n'a jamais digéré le C sur le gilet de Pacioretty»
Publié il y a 28 jours

27765

Dans chaque sphère d'activité ou nous évoluons, il y a de la compétition. Pour ceux qui ont un niveau d'ambition élevé, perdre une promotion face à un collègue peut faire très mal à l'égo et même nuire éventuellement à notre rendement voir même quitter l'entreprise pour aller se faire valoir ailleurs, là ou on sera mieux valorisé, davantage reconnu à sa juste valeur.

Dans une équipe de hockey, la situation n'est pas différente. Mario Langlois du 98,5 a dévoilé une théorie intéressante hier dans sa chronique avec Paul Houde. Il a repris les propos de Daniel Brière, qui a vu de près la rivalité féroce entre Nathan McKinnon et Matt Duchene dans la course à qui sera la futur star de l'Avalanche du Colorado, la «face» de la franchise, le plus apprécié des fans etc...Donc le départ de Duchene a fait exploser McKinnon et l'Avalanche a très peu perdu de match depuis alors que les Sénateurs de Duchene... bien, c'est plutôt tranquille.

Puis Langlois a habillement appliqué la même situation au vestiaire du Canadien en 2015 alors que les joueurs s'étaient réunis pour choisir un Capitaine après le départ de Gionta. «Le parallèle est évident» a dit Langlois qui pense que Pacioretty et Subban s'étaient «battus» à ce moment pour devenir le visage du Canadien de Montréal. «Depuis la transaction le Canadien est une moins bonne équipe» a dit Paul Houde qui avait deviné ou s'en allait Langlois.

«Faut pas penser que les gars de l'intérieur du vestiaire sont insensible à ¨l'applaudissomètre¨ là, c'est qui le plus populaire, puis il y en a un qui était super sensible à ça et qui vivait très bien là-dedans» a dit l'animateur de Les amateurs de sports en parlant de Subban. «Quand tu fais une conférence pour annoncer un don comme comme il a fait la veille du camp d'entrainement quand on va annoncer le capitaine, y'a pas personne qui peut te dire que P.K. ne voulait pas être le capitaine de l'équipe. Max est devenu la seule alternative qui avait de l'allure et l'autre l'a jamais digéré» a analysé Langlois.

Mario a aussi parlé des rumeurs d'échange de Pacioretty qui cours ces jours-ci et a conclu que s'il était échangé ce serait l'aveu que finalement on s'est trompé sur toute la ligne, autant sur pourquoi on a échangé un et et pourquoi on a nommé l'autre capitaine a-t-il expliqué. «Un constat d'échec sur toute la ligne par rapport au leadership de l'équipe» a dit l'animateur, dans une envolée critique évidente envers les décisions prises par la direction de l'équipe depuis quelques années.

Entendu sur les ondes de 98,5 FM à Montréal dans l'émission Le Québec Maintenant avec Paul Houde le 23 janvier 2018 (COGECO).


Le985RE Le985RE
Membre depuis il y a presque 3 ans

05:50

822

1 canadien sur 6 a déjà insulté quelqu'un sur les réseaux sociaux.
Publié il y a 28 jours

27763

«C'est un minimum» a dit Jean-Marc Léger en constatant les résultats de son sondage qui indique qu'un canadien sur six a déjà insulté quelqu'un sur les réseaux sociaux: «C'est la limite du sondage, ceux qui nous disent oui, c'est vrai, mais il y a d'autres personnes qui ne l'avoueront pas» a dit le sondeur.

«Quand on fait le tour à travers le pays, on s'aperçoit que c'est au Québec qu'on insulte le moins» dit Léger alors que 14% des québécois disent avoir déjà insulté comparativement à 20% de la population des prairies disent l'avoir fait. Le sondage indique aussi que ce sont les moins de 35 ans qui insultent le plus et particulièrement les 18-24 ans avec un revenu et une scolarité plus faible: «Cette clientèle là quand elle arrive sur les médias sociaux, elle est frustrée et ça parait» a dit Léger.

Parlant des jeunes, une autre sondage dit que 43% de ceux-ci ont subit de la cyber-intimidation sur les réseaux sociaux a dit Philippe Léger.

Entendu sur les ondes de 98,5 FM à Montréal dans l'émission Drainville PM avec Bernard Drainville le 23 décembre 2017 (COGECO).


Le985RE Le985RE
Membre depuis il y a presque 3 ans

13:55

33

La dernière rumeur de Jean-Charles envoie Price à St-Louis. Écoutez contre qui.
Publié il y a 29 jours

27761

Entendu sur les ondes de 91,9 SPORTS à Montréal à l'émission «Jean-Charles en Liberté» avec Jean-Charles Lajoie le 23 janvier 2018 (RNC MÉDIAS).


CKLXSPORT CKLXSPORT
Membre depuis il y a plus de 2 ans

11:26

2489

«Les Bruins sont un modèle pour le Canadien»  —Pierre Houde
Publié il y a 29 jours

27757

Pierre Houde, descripteur des matchs du Canadien à RDS, n'a pas tari d'éloges envers l'ennemi de toujours du tricolore, les Bruins de Boston, qui ont battu la troupe de leur ex-entraineur Claude Julien 3 fois en 3 matchs la semaine dernière dont 2 fois au Centre Bell.

«La façon dont les Bruins gagnent présentement, et l'équipe qu'ils ont sur la patinoire, ils vont gagner des fans à Montréal. Je pense que l'espèce de haine systématique envers les Bruins, elle est en train de devenir une forme d'admiration, et je vais aller plus loin que ça, une forme de modèle pour le Canadien» a dit Houde qui en a pourtant vu des matchs et des équipes bien nanties depuis de nombreuses années. «Le virage à Boston est beaucoup plus rapide que je pensais» a dit le Houde, offrant par le fait même une gifle camouflée vers la direction du CH dont le virage entreprit il y a 5 ans, ne rapporte toujours pas les résultats attendus.

Houde a ensuite fait un parallèle entre les Bruins et une autre équipe qui fait la pluie et le beau temps présentement dans la LNH, l'Avalanche du Colorado. Il a expliqué que c'était le virage jeunesse de ces 2 équipes qui rapportait des dividendes présentement: «Pourquoi McKinnon est en feu? Pourquoi Landeskog veut manger les bandes? Ben c'est parce que tu as plein de jeunes...des joueurs que les gens connaissaient même pas il y a quelques semaines...une équipe qui a une moyenne d'âge de 25 ans est en train de ré-écrire l'histoire beaucoup plus rapidement qu'on l'aurait pensé.» A avoué celui qui est Invité à faire une chronique hebdomadaire à CHOI avec Denis Gravel.

Entendu sur les ondes de CHOI Radio X 98,1 à Québec à l’émission «Gravel dans le retour» avec Denis Gravel. Véronique Bergeron, Vince Cauchon et Jean-Francis Blais le 22 janvier 2018 (RNC MÉDIAS).


CHOI981RE CHOI981RE
Membre depuis il y a presque 3 ans

02:11

73

Labeaume pense que la radio qui le critique a peu d'influence «La preuve, j'ai été ré-élu...«
Publié il y a 30 jours

27756

Le maire de Québec Régis Labeaume s'est fait demander dans un point de presse si il croyait que le climat avait changé dans sa ville un an après la tuerie à la mosquée de Québec qui a fait 6 morts.

Sa réponse a visé de façon plus ou moins maladroite les radios de Québec. «Statistiquement, il y a moins per capita de gestes haineux à Québec qu'ailleurs au pays» a d'abord dit le maire, tout en bifurquant dans sa réponse vers les radios de sa ville: «Le problème nous autres est qu'on a un environnement sonore... quelques radios qui porteraient notre message et ce que nous on pense [la population]. On appelle ça un prisme déformant, la preuve, j'ai été ré-élu aux élections» a expliqué le maire, dans le but de démontrer le peu d'influence qu'exercent les radios qui le critiquent.

Ces propos, diffusés sur les ondes de CHOI Radio X, ont rendu mal à l'aise l'animateur Denis Gravel dans son émission du retour: «Que du monde de Montréal fasse un lien entre les radios qu'ils n'écoutent pas et qui ne représentent par leurs valeurs, et des crimes ou il y a des gens qui meurent par balles, c'est profondément morons, mais c'est un manque de connaissance faut pas leur en vouloir. Que le maire de la ville icitte fasse la même chose, ça me donne vraiment le goût de dégueuler, pas de vomir, de dégueuler» a dit Gravel, visiblement étonné et écoeuré par les propos de son maire.

Des noms?

«Si il veut cibler des individus, ce serait peut-être le temps de commencer à les nommer» a dit l'animateur qui oeuvre depuis plus de 20 ans à la populaire radio parlée de Québec: «Parce que les radios de Québec on est une maudite gang là-dedans» a-t-il dit en nommant une série d'animateurs non reconnus pour des envolées oratoires sur les ondes... «Si le maire pense que les radios de Québec ont du sang sur les mains, il serait peut-être temps de commencer à nommer des noms, et des stations» a dit Gravel, qui se demande si le premier magistrat de la ville serait amer envers certains animateurs parce qu'ils questionneraient ouvertement certaines de ces décisions.

«Je cherche l'humilité de Régis Labeaume...si vous la croisez, prière de la ramener à l'hôtel de ville, le monsieur en a bien besoin.» a conclut l'animateur.

Entendu sur les ondes de CHOI Radio X 98,1 à Québec dans l’émission «Gravel dans le retour» avec Denis Gravel. Véronique Bergeron, Vince Cauchon, Martin Busuttil et Jean-Francis Blais le 22 janvier 2018 (RNC MÉDIAS).


CHOI981RE CHOI981RE
Membre depuis il y a presque 3 ans

05:37

377

La ville de Montréal met fin aux quotas de contravention... admettant du même coup leurs existences!
Publié il y a 30 jours

27755

La ville de Montréal, via sa nouvelle administration, a annoncé qu'elle mettait fin aux quotas de contraventions délivrés par ses policiers. (Ah oui? Ça existait ça?)

Nathalie Goulet, responsable de la sécurité publique au conseil exécutif, a annoncé la bonne nouvelle à Alain Gravel ce matin sur les ondes de la radio de Radio-Canada admettant du même coup que des quotas semblables existaient, ce qui n'avait jamais vraiment été admis publiquement de la part de la mairie montréalaise, quiconque s'y ait trouvé depuis... toujours!

Mais comme toute bonne nouvelle...

«C'est un système qui existait, ça faisait partit des critères de l'évaluation de la performance des cadres policiers, que l'atteinte de certains nombres de contraventions, de constats d'infractions, pouvait atteindre jusqu'à 8% du salaire d'un cadre» a admis la haute fonctionnaire de la ville. Alain Gravel a été aussi surpris que nous et vous d'apprendre l'existence d'un système qui «obligeait» des fonctionnaires à donner une certaine quantité de constats d'infractions pour arrondir leur fin de mois. Goulet a expliqué que son parti avait fait un engagement électorale d'éliminer cette procédure: «Pour nous, la responsabilité des policiers, leur mission première, c'est d'assurer l'ordre publique, de protéger les montréalaises et montréalais et non pas de piéger les cyclistes et les automobilistes dans la circulation

«Est-ce que ça veut dire des revenus en moins dans les coffres de la ville?» a demandé très logiquement Gravel: «pas nécessairement» a avoué la représentante de l'administration Plante-Dorais, qui pense être en mesure de recueillir 12 millions supplémentaires cette année en revenus provenant justement des constats d'infraction. Mme Goulet n'a pas pu donner de réponse précise sur comment la ville allait réussir l'exploit de récupérer plus d'argent sur les contraventions en éliminant des incitatifs pour en donner de la part de son personnel jusqu'à ce qu'elle laisse la porte grande ouverte à l'addition de photos radars sur le territoire de la ville. Rien ne se perd, rien ne se créer, comme dise les grands penseurs...

Donc fini les quotas mais bienvenue les photos radars à Montréal! Voilà comment semble s'aligner la nouvelle administration de la métropole pour réussir à garnir ses coffres pour la prochaine année. Êtes-vous content?

Entendu dans Gravel le matin avec Alain Gravel sur les ondes de Ici Première, la radio parlée de Radio-Canada (Montréal). Le 22 janvier 2018. (COGECO).


IciRE IciRE
Membre depuis il y a plus de 2 ans

05:31

45

Entrevue avec celui qui a redonné du gaz à Carey Price
Publié il y a 30 jours

27754

«Syndrome de fatigue chronique»: Voici ce dont souffrait le gardien du Canadien Carey Price dans la dernière année, ce qui pourrait expliquer un début de saison qui ne semblait pas à la hauteur de son talent. Mais tout semble maintenant rentré dans l'ordre, voici comment.

Jean-François Gaudreau est le consultant en alimentation qui a aidé Price pour lui redonner de l'énergie, car il en aura besoin pour performer pendant son nouveau contrat de 10.5 millions par année qui se mettra en branle dès l'an prochain et ce durant les 8 prochaines années.

«J'étais toujours fatigué» a confié le gardien du Tricolore à TVA Sports. «Un gars qui mange bien et qui dort bien comme moi n'est pas supposé être fatigué comme je l'étais» a dit le #31. C'est Angela, la femme de Carey qui connaissait déjà Gaudreau qui a suggéré à son mari de lui parler constatant son manque d'énergie.

«J'ai ré-ajusté son alimentation parce qu'il avait certaines carences à certaines places» a expliqué le spécialiste qui s'est fait aider d'un médecin pour déterminer quels suppléments donner au gardien pour combler certains manques; des bas niveaux de certaines vitamines, minéraux etc... a dit celui qui, dans son travail, créé des structures d'entraînements sur mesure pour des athlètes visant à améliorer leurs performances sportives. «On a ré-ajuster avec le médecin tout ce qu'il avait besoin pour s'assurer que la tank à gaz était pleine» a imagé Gaudreau qui dit encore suivre le gardien du Canadien: «Il m'appelle encore, je pense que c'est bon signe» a-t-il avoué en riant.

jfgaudreau.com

Entendu sur les ondes de 91,9 SPORTS à Montréal dans l'émission «Du sport le matin» avec Michel Langevin et Enrico Ciccone le 22 janvier 2018 (RNC MÉDIAS).


CKLXSPORT CKLXSPORT
Membre depuis il y a plus de 2 ans

11:08

86

Le Doc prêt à offrir 4 000$ pour stériliser des hommes sans emploi!
Publié il y a environ un mois

27748

L'idée d'un député britannique qui avait suggéré aux hommes sans emploi une vasectomie en 2012 a raisonné jusque dans les oreilles du Doc Mailloux cette semaine qui a trouvé que c'était une excellente idée suggérant même de les rémunérer pour les inciter à arrêter de procréer!

«Les hommes sans emploi depuis 10 ans, on pourrait les payer, leur donner mettons 2 000$ pour se faire vasectomiser» a dit le Doc à la surprise de l'animatrice Catherine Gaudreault. Puis le psy en a rajouté se targuant d'être un de ceux qui prônait l'amélioration du patrimoine génétique s'appuyant sur un article du professeur Serge Larivée de  l’Université de Montréal qui a mentionné qu'en occident depuis une vingtaine d'année, il y aurait eu une perte de 7 points de quotient intellectuel moyen. Le Doc a tenté d'expliquer cette situation de la façon suivante: «Les moins bons éléments de la société, les moins brillants, se reproduisent davantage que les meilleurs éléments» a-t-il dit en réitérant son incitatif financier pour convaincre certains hommes à adopter la vasectomie se rendant même jusqu'à 4 000$!

«Ça fait longtemps que je vous le dis...si vous laissez se reproduire davantage, en plus grand nombre, les moins bons éléments que les meilleurs, vous faites après 20 ans, des tests de quotient intellectuel moyen, c'est bien sur que la moyenne a baissé» a martelé le psychiatre qui s'est demandé ouvertement si il était nécéssaire d'aller à l'université pour comprendre cette situation: «Tous les éleveurs de bétail laitier comprennent mon propos ce matin» a-t-il ajouté se faisant rappeler par sa co-animatrice avec raison que c'était tabou comme sujet de parler de génétique sur les humains comparativement au bétail.

Entendu dans Que la Mauricie se lève avec Catherine Gaudreault au 106,9 FM Mauricie. Le 17 janvier 2018. (COGECO).


Le1069RE Le1069RE
Membre depuis il y a presque 3 ans

07:33

1024

Autres cas d'harcèlement à «Juste pour Rire» on parle même de «culture d'entreprise»
Publié il y a environ un mois

27747

«Une culture d'entreprise», voici comment est décrite la situation du harcèlement en général à l'intérieur des murs du groupe Juste pour rire.

Un reportage de Jessica Leblanc au 98,5 FM ce matin avec Paul Arcand a permis d'en apprendre plus sur une situation qui semble bien ancrée dans l'entreprise se spécialisant en humour. «Après le scandale sur Gilbert Rozon, il a des voix qui ont commencé à s'élever pour dénoncer une culture d'entreprise, un climat malsain, du harcèlement psychologique qui serait entretenu par des dirigeants qui sont toujours présents» a expliqué la journaliste qui a parlé avec une dizaine de personnes qui ont travaillé avec Juste pou rire à différentes époques et qui ont tous vécu ou été témoins d'harcèlement psychologique, d'épuisement professionnelle et de roulement de personnels constant.

Une ex-employée, Anne Gravel, s'est confiée à la journaliste sur la situation qui prévalait dans l'entreprise. L'ex-bras droit de Gilbert Rozon et PDG actuelle de Juste pour rire Guylaine Lalonde est visée dans son témoignage: «Ça a été je pense le pire cauchemar de ma vie professionnelle. Le traitement d'intimidation, de cruauté mentale, se faire crier des noms...Je vous dirais que la vice-présidente, c'était elle qui était la personne à fuir, à éviter et quand j'ai su qu'elle était devenu PDG les deux bras m'ont tombé» a dit celle qui avait 20 ans d'expérience quand elle a été embauchée à Juste pour rire à titre de directrice des ressources humaines.

L'ex-employée a aussi dit qu'au delà de son cas personnel, elle a été témoin d'au moins 10 cas similaires aux siens en moins de 1 an.

Entendu sur les ondes du 98,5 FM à Montréal dans l'émission «Puisqu’il faut se lever» avec Paul Arcand le 19 janvier 2018 (COGECO).


Le985RE Le985RE
Membre depuis il y a presque 3 ans

05:36

199

logo radioego

radioego.com