Result for: #Madame

Le Maire de Louiseville ramène le crucifix et la prière à l'hôtel de ville!
Published 9 days

28086

Le Maire «à chapeau» Yvon Deshaies, qui n'en ait pas à sa première sortie publique, a déclaré cette semaine, en réaction au débat du port de signes religieux dans les services de police qui a fait beaucoup de bruit à Montréal dans les derniers jours, qu'il souhaitait ramener la prière et le crucifix à l'hôtel de ville de Louiseville.

«J'en ai assez, c'est pas l'histoire d'être fou ou quoique ce soit, oui c'est un peu le ridicule ce qu'on vit actuellement» a dit le très articulé maire. «On s'en va ou au Québec et là ça déborde tranquillement chez-nous...» a ajouté M. Deshaies, faisant référence à la sortie médiatique de Sondos Lamrhari, première étudiante en techniques policières à porter le voile au Québec et aussi aux Sikhs qui portent en permanence leurs signes religieux comme le turban et la kirpan.

Le maire est prêt à se faire arrêter alors qu'il réinstallera le crucifix et la prière à son hôtel de ville dès le mois de juin prochain alors que la cour suprême a déjà statué sur l'interdiction de réciter des prières dans les mairies considérées comme laïc.

«Vous savez madame, quand on fait un petit trou, quand l'eau rentre à quelque part là, ça finit plus si on bouche pas le trou, ça grossit grossit...c'est pour ça que je dis non à ça, moi je veux arrêter la goutte d'eau qui tombe» a imagé le maire Deshaies.

Entendu dans Que la Mauricie se lève avec Catherine Gaudreault au 106,9 FM Mauricie. Le 17 avril 2018. (COGECO).


CHOI981RE CHOI981RE
Member since about 3 years

07:51

105

«Eille Toi mon maudit si tu te trompes encore je te frenche»  a dit Michelle Blanc à celui qui l'appelait «Monsieur»
Published about 1 month

28009

Michelle Blanc, Consultante conférencière et auteure stratégies Web, a trouvé une façon très efficace de se faire appeler Madame pour ceux qui n'aurait pas remarqué son changement de sexe.

Cela fait suite à un texte de Philippe-Vincent Foisy du site web de Radio-Canada qui nous a appris en début de semaine que les employés de Service Canada qui interagissent avec le public ne pourront plus utiliser les mots «monsieur», «madame», «père» et «mère» lors de leurs interactions avec le public. Le «personnel de première ligne» doit désormais «utiliser un langage neutre au niveau du genre».

L’objectif du gouvernement canadien est clair: éviter de donner l’impression que les fonctionnaires fédéraux entretiennent un biais «envers un genre ou un sexe».

Entendu sur les ondes de 98,5 FM à Montréal dans l'émission Le Québec Maintenant avec Paul Houde le 21 mars 2018 (COGECO).


Le985RE Le985RE
Member since about 3 years

02:45

618

Les mots: Monsieur, Madame, Père et Mère disparaissent du langage des employés de l'état Canadien!
Published about 1 month

28005

Un texte de Philippe-Vincent Foisy du site web de Radio-Canada nous a appris que les employés de Service Canada qui interagissent avec le public ne pourront plus utiliser les mots «monsieur», «madame», «père» et «mère» lors de leurs interactions avec le public. Le «personnel de première ligne» doit désormais «utiliser un langage neutre au niveau du genre».

L’objectif du gouvernement Canadien est clair: éviter de donner l’impression que les fonctionnaires fédéraux entretiennent un biais «envers un genre ou un sexe».

Lu sur le site RadioCanada.ca Le 21 mars 2018.


IciRE IciRE
Member since over 2 years

01:38

46

Projet de Tramway à Québec: Lehouillier charge Labeaume et les Libéraux!
Published about 1 month

27989

L'annonce d'un méga projet structurant de transport en commun du maire de Québec Régis Labeaume flanqué du premier ministre Philippe Couillard au coût de plus de 3 milliards pour sa ville a pris un peu tout le monde par surprise vendredi. Par contre, nul ne fut plus surpris que le maire de Lévis Gilles Lehouillier qui, en entrevue sur les ondes de CHOI Radio X, a dévoilé une sorte de politique à deux vitesse mis en place par le gouvernement dans lequel il se sent totalement exclus!

Le maire de Lévis en avait gros sur le coeur et on sent que cette histoire est loin d'être finit.

«Imaginez-vous, que notre premier ministre lui-même ne sait même pas qu'on a déposé en bonne et due forme un projet structurant, une demande de financement pour une étude pour le transport en commun à Lévis en juin 2017...un projet de transport structurant comme à Québec, il coûte pas 3 milliards il coûte entre 75 et 90 millions. On a déposé ça en juin, on est maintenant rendu au mois de mars, on a jamais eu de réponse.On arrive en campagne électorale municipale, personne parlait du tramway sauf Madame Guérette, tout à coup on arrive on dépose un projet en un mois et demi 3 milliards, tout est réglé, tout est canné. On a comme un gouvernement à deux vitesses, puis ça là, ça commence à se répandre de plus en plus dans les régions.Imaginez-moi ma surprise d'entendre le premier ministre qui dit, il faudrait peut-être que la ville de Lévis dépose un projet. Cherchez l'erreur là

Entendu sur les ondes de CHOI Radio X 98,1 à Québec à l’émission «Gravel dans le retour» avec Denis Gravel. Véronique Bergeron, Vince Cauchon et Jean-Francis Blais le 16 mars 2018 (RNC MÉDIAS).


CHOI981RE CHOI981RE
Member since about 3 years

23:16

208

Le sport amateur n'est pas payant pour les médias
Published 2 months

27880

Dans l'émission les gérants d'estrades présenté le dimanche au www.versusradio.net Mario Hudon nous parle cette semaine de la triste réalité du sport amateur aux Québec. Ce n'est pas payant pour les médias, donc il y a très peu de représentativité dans les mass médias.

On parle également des athlètes olympiques qui connaissent l'euphorie et le glam des J.O. deux semaines avant de redevenir mr. et madame tout le monde.


Jean-Francois Morency Jean-Francois Morency
Member since over 1 year

14:47

8

3eme LIEN: Véronyque Tremblay pas prête à mettre son siège en jeu si son parti recule
Published 3 months

27834

En entrevue au FM93 ce matin avec Sylvain Bouchard, la députée de la circonscription de Chauveau a dit ne pas souhaitez mettre son siège en jeu si jamais son parti reculait dans le dossier du 3ème lien à Québec, un dossier comme on sait très chaud pour plusieurs citoyens de la capitale.

Pourtant, la député semblait assez certaine d'elle dans le cours de la conversation sur les décisions préliminaires sur le projet entre le parti Libéral qu'elle représente et le projet: «Heille, pensez-vous qu'on dépense 20.5 millions de dollars des sous des contribuables pour un projet qu'on ne veut pas faire?» a presque crié la députée. C'est à ce moment que le co-animateur de Bouchard, Jean-Simon Bui, lui a posé la question qui semblait plutôt logique dans les circonstances: «Êtes-vous prête à mettre votre siège en jeu Mme Tremblay?...Parce que M. Caire [député de la CAQ] a dit que si la CAQ reculait dans le cas d'un gouvernement caquiste, que lui mettait son siège en jeu, est-ce que vous êtes prête Madame Tremblay à mettre votre siège en jeu, le siège de Chauveau si jamais le gouvernement libéral recule dans le dossier du 3ème lien?»

La députée ne s'attendait peut-être pas à devoir répondre à cette question, si bien que sans trop d'hésitation elle a répondu dans la négative: «Moi je mettrai pas mon siège en jeu puis je vais vous expliquer pourquoi, parce que c'est pas un enjeu dans mon comté» a dit le plus sérieusement du monde celle qui a été élue le 8 juin 2015. «Ben non, Chauveau qui prend Henri IV, je reste dans ce coin là» a dit l'animateur Sylvain Bouchard. Puis la députée s'est reprise en disant que «oui c'était un enjeu pour Chauveau, mais pas l'enjeu principale».

«Moi je vais être honnête avec vous, moi quand je me promène dans le comté, je suis assez présente dans le comté, il y a pas une journée ou presque je ne le suis pas, ce n'est pas de ça dont les gens me parlent le plus...globalement, ce que les gens veulent, c'est que ça circule mieux à Québec, peut importe le moyen» a-t-elle avoué.

Entendu sur les ondes de FM93 à Québec dans l'émission «Bouchard en parle» avec Sylvain Bouchard, Jean-Simon Bui et Élizabeth Crête le 7 février 2018 (COGECO).


CJMF933RE CJMF933RE
Member since about 3 years

02:21

119

Congédiement d'André Arthur: Jeff Fillion ridiculise Sophie Durocher
Published 3 months

27806

L'émission de Sophie Durocher était juste avant celle d'André Arthur à BLVD.fm et des rumeurs affirment que l'animatrice refusait systématiquement de faire tout promotion de celui qui la suivait en ondes, avant même que tout éclate...

Dans la foulée de la controverse du «Boulevard Sida» qui a mené à la sortie définitive de Arthur des ondes de BLVD, Durocher s'était dite «profondément choquée» par les propos de son collègue. Elle avait même dit en ondes que si il n'avait pas été congédié, que c'est elle qui aurait probablement quitté.

Cette semaine, Jeff Fillion n'a pas manqué de ridiculiser les propos de celle qui a aussi une chronique dans le Journal de Montréal et de Québec: «Cette semaine elle a fait la leçon à André Arthur, y'a pas grand monde qui peut faire la leçon à André Arthur. Faut que tu aies montré certains succès pour faire la leçon à André Arthur» a dit l'animateur qui malgré dcertains différents avec le bourru animateur dans le passé n'a jamais mis en doute ses talents de communicateurs. Puis il s'est moqué de la position de Durocher en ondes quand elle a menacé de quitté si André Arthur n'avait pas été congédié: «Heille, si la direction n'avait pas agi c'est moi qui serait partit, ok so? Il serait arrivé quoi? La station aurait fermé si tu partais? Nah...» s'est moqué l'animateur sur sa plateforme jefffillion.com.

«Ses cotes d'écoute ont pas été très bonne à Madame Durocher» lui a fait remarquer son co-animateur. «Elle n'a pas de cotes d'écoute...pas une question de bon ou pas bon...¨PAS¨ de cotes d'écoute.» a dit Fillion.

Entendu sur JeffFillion.com avec Jeff Fillion et Gerry le 1 février 2018.


RPRE RPRE
Member since over 2 years

00:57

874

Faire du camouflage, vider l'urgence et afficher un beau sourire quand le ministre Barrette visite l'hôpital...
Published 3 months

27741

Catherine Bisson a parlé ce matin à Marie-Êve Gosselin qui a publié un post Facebook dénonçant les pratiques dignes d'un régime dictatorial alors que pour «accueillir» le ministre de la santé en visite, la direction a redirigé des ambulances vers d'autres hôpitaux pour que «ça paraisse bien au niveau de la caméra».

Elle raconte: «À notre sortie, pour remonter au quatrième étage, j'ai vu qu'il y avait des gens, là je me suis approché pour regarder, puis il y a un garde du corps qui m'a tassé gentiment en me disant ¨désolé madame voulez-vous vous tasser¨... il y avait des gens qui enlevaient les civières chaque bord pour que lui [le ministre] puisse passer pour que ça paraisse bien» a dit la jeune femme qui était à la Cité de la Santé à Laval pour accompagner sa mère.

Intrigué par la situation, elle a demandé au personnel si ça fonctionnait toujours ainsi: «Oui oui, elle m'a dit, à chaque fois qu'il vient faut comme faire le ménage, libérer les corridors qu'il y ait pas trop de patient puis que l'urgence soit libre...» a dit celle qui a vu son post Facebook partagé plus de 14 000 fois en moins de 24h.

Entendu sur les ondes du 98,5 FM à Montréal dans l'émission «Puisqu’il faut se lever» avec Paul Arcand le 18 janvier 2018 (COGECO).


Le985RE Le985RE
Member since about 3 years

05:00

155

«Balance ta truie de mère» a dit le Doc Mailloux pour souligner la complicité de certaines femmes lors d'agressions d'hommes
Published 3 months

27731

Dans le grand mouvement de dénonciation qui a pris place dans les médias depuis quelques mois, les #MoiAussi, #Balancetonporc et #MeToo auront permis de suspendre la carrière de plusieurs personnalités, rattrapés par leurs inconduites sexuelles dévoilées au grand jour. Le nouveau #EtMaintenant se questionne désormais sur ce que sera la suite.

Le Doc Mailloux a ajouté un élément de plus à la vague ce matin sur les ondes du 106,9 FM en Mauricie en dévoilant un «Balance ta truie de mère» pour souligner la présence des femmes et des mères près des agresseurs qui deviennent complices en se fermant les yeux.

Le Doc approuve les dénonciations qui ont pris place et a remarqué qu’elles dérangeaient les femmes âgées, les «matantes», les Catherine Deneuve, les Margaret Atwood. Savez-vous pourquoi ça les dérangent? À demandé l'animateur qui a cité une étude italienne publiée dans La Presse pour appuyer ses dires. «Dans les agressions sexuelles faites par les hommes, il peut y avoir participation active, acceptation passive, voir complicité des madames» a dit le Doc, content qu'un étude vienne collaboré des propos qu'il tient depuis des années. «J'ai hâte qu'on ait une dénonciation qui va s'intituler comme suit: ¨Balance ton porc et ta truie de mère» a dit le psychiatre.

«À l'heure actuelle, ce matin, hier, en fin-de-semaine, y'a des adolescentes qui se sont faites taponner par leurs géniteurs et leurs grands-pères. Oui, balance ton porc de père et ta truie de mère. Aille, elle s'en va au bingo trois fois par semaine pour te laisser avec ton beau-père. Les nouveaux conjoints des mères se paient une traite, c'est la nouvelle voie préférée pour les pédophiles» a ajouté l'animateur qui souhaite élargir l'horizon de dénonciation.

Entendu dans Que la Mauricie se lève avec Catherine Gaudreault au 106,9 FM Mauricie. Le 15 janvier 2018. (COGECO).


Le1069RE Le1069RE
Member since about 3 years

09:03

852

«Je me suis même demandée si elle [Lise Payette] n’était pas sénile» Léa Clermont-Dion donne sa première entrevue depuis sa dénonciation publique
Published 4 months

27685

Léa Clermont-Dion a accordé sa première entrevue depuis qu'elle a dénoncé sur sa page Facebook en octobre dernier avoir été agressée sexuellement en 2008 par l'écrivain, journaliste et personnalité du journal Le Devoir Michel Venne. Il est également directeur-fondateur de l'Institut du Nouveau Monde.

«Moi ça fait 10 ans que je vivais dans la honte, et j’ai décidé de cesser d’avoir honte et le jour ou j’ai fait ma déclaration je me suis sentit libéré» a dit l’auteure et animatrice au micro de Paul Arcand au 98,5 à Montréal. Sa dénonciation à l’automne 2017 a fait partit d'une vague énorme de dénonciations de comportements inappropriés, particulièrement dans le milieu artistique. Le SPVM avait d'ailleurs ouvert une ligne téléphonique spéciale pour répondre à la demande. Léa Clermont-Dion était loin de se douter qu'un tel mouvement allait prendre place au Québec à ce moment: «Je pense que c'est la preuve que les femmes n'ont pas confiance au système judiciaire. Pourquoi parler publiquement comme ça? C'est peut-être à cause des propos du juge Robin Camp qui demande aux présumées victimes pourquoi elles n'ont pas serré les genoux davantage. C'est toute une culture», a-t-elle dit en entrevue.

Parlant de son agresseur à Paul Arcand elle dira: «C’était mon idole de jeunesse, je l’admirais, je l’aimais. C’était quelqu’un que je respectais énormément, que ma famille respectait…et l’autre idole qui m’a profondément déçu c’était Lise Payette, vous savez, la première déclaration publique que j’ai fait à 14 ans au téléjournal, j’ai reçu un livre d’une femme et c’était celui de Lise Payette… c’était mes deux idoles» a dit celle qui en avait long à dire sur Payette qui lui conseillera de ne pas parler.

Lise Payette

La victime est revenue sur sa rencontre avec Lise Payette: «Je veux juste rectifier les faits monsieur Arcand parce que madame Payette a dit publiquement que j’étais allée la voir ce qui est complètement faux. Elle m’a appelé pour que j’aille la rencontrer. Je ne lui ai jamais demandé conseil. Comment ça s’est déroulé en fait, c’est que, elle m’a parlé pendant deux heures de temps de tout et de rien, de la vie, de la condition féminine, moi j’étais complètement admirative devant elle, elle m’a dit que j’étais sa petite fille, littéralement, qu’elle pouvait me faire confiance sur tout donc, vous imaginez c’était mon idole de jeunesse alors moi je suis complètement ébahie, puis après deux heures de discussion elle m’a dit; tu as fais du tord à mon ami, et là, tu pourrais être poursuivie, donc je t’invite fortement a signer une lettre. Elle m’encourageait finalement à nier la réalité…» a dit la jeune femme manifestement déçu: «Pour moi c’est tout à fait irrationnel de la part de Lise Payette, je me suis même demandé si elle n’était pas sénile, j’ai eu de la compassion pour elle avec du recule. Pourquoi elle a fait ça? C’est détruire son lègue, son oeuvre complètement, mais j’ai l'impression que c’est symptomatique d’une culture…pendant tellement d’années ou de siècles on a étouffé les agressions sexuelles…»

Pour terminer l’entretien, l’auteur et animatrice a dit qu’elle avait eu d’autres témoignages de femmes qui ont été des présumés victimes de Michel Venne mais qui ne désiraient pas parler: «parce qu'elles n‘étaient pas prêtes à le faire…»

Entendu sur les ondes du 98,5 FM à Montréal dans l'émission «Puisqu’il faut se lever» avec Paul Arcand le 19 décembre 2017 (COGECO).


Le985RE Le985RE
Member since about 3 years

09:41

224

logo radioego

radioego.com