Résultat pour: #publicité

Guylaine Tremblay au coeur d'une controverse!
Publié il y a 11 mois

28140

Rare qu'on a pu affirmer ça de la populaire actrice mais il tout porte à croire que l'entreprise de voyage Sinorama pour laquelle elle est porte-parole, semble avoir inquiété une partie importante de sa clientèle dans les dernières semaines. (Texte de la Presse ici.)

Paul Arcand du 98,5 FM a expliqué la situation ce matin. L'entreprise qui effectue beaucoup de publicité, (au-delà de 8 millions), essuie un trou financier de 11 millions de dollars. Le principe de l'agence de voyages Vacances est de payer d'avance la totalité de son voyage. «Ça ressemble a une chaine de Ponzy» a dit Paul Arcand qui est en fait un principe qui génère des revenus pour les plus anciens investisseurs grâce aux apports de capitaux des nouveaux.

«Ils ont 11 millions comme déficit, ça c'est de l'argent que les voyageurs ont payé, et la réponse de la compagnie, qui reconnait le déficit, c'est de dire, faut trouver d'autres clients dans le fond» a expliqué Arcand. L'office de la protection du consommateur enquête sur le cas présentement. Paul Arcand a rajouté qu'au 31 décembre 2017, les dépôts versés par les voyageurs à Sinorama totalisaient 37 millions, alors que seulement 4 millions de l'argent déjà fourni par les voyageurs était protégé dans un compte.

On verra dans les prochains jours si Guylaine Tremblay se dissociera bientôt de l'entreprise qui a vendu pour 123 millions en forfaits en date du 31 décembre 2017. «Avoir acheté un billet avec eux, je serais comme un peu inquiet» a conclut l'animateur.

Entendu sur les ondes du 98,5 FM à Montréal à l'émission «Puisqu’il faut se lever» avec Paul Arcand le 3 mai 2018 (COGECO).


Le985RE Le985RE
Membre depuis il y a environ 4 ans

03:35

806

La majorité des abonnés Twitter de ces personnalités sont faux!
Publié il y a 12 mois

28018

Un dossier mené par Jean-Simon Bui au FM93 nous a appris que plusieurs comptes Twitter de nos personnalités publiques sont suivis par une majorité de faux comptes et/ou des robots et donc non de «vraies personnes».

Comme exemple, Guy A. Lepage possède 450 000 followers officiels sur Twitter, en réalité, il n'y aurait que 141 000 vraies personnes donc 31%. Patrick Lagacé de la Presse affiche quant à lui 288 000 abonnés alors que 136 000 représenteraient de vrais individus (47%). 61 000 personnes réelles se retrouvent sur le compte du populaire Paul Arcand à Montréal sur 188 000 abonnés officiels.

Renaud Lavoie, figure connue dans le sport qui évolue à TVA SPORTS, affiche 150 000 abonnés sur Twitter, mais il aurait 50 000 bots (robots) donc 1 compte sur 3, en plus d'avoir 1 faux compte sur 3 ce qui resterait à Lavoie que 50 840 vrais followers officiels. Les faux comptes et les robots n'ont aucune interaction dans le contenu, ils se servent de la visibilité des comptes des personnalités ultras connues pour pousser de la publicité, vendre du contenu, faire connaitre des sites, des logiciels, etc.

Rejoint au téléphone par le coanimateur de Sylvain Bouchard au FM93, Lavoie a dit que c'était le dernier de ses soucis tout en ajoutant qu'il se foutait complètement de ce que les gens disaient sur lui sur les réseaux sociaux.

Entendu sur les ondes de FM93 à Québec dans l'émission «Bouchard en parle» avec Sylvain Bouchard, Elisabeth Crête et Jean-Simon Bui le 26 mars 2018 (COGECO).


CJMF933RE CJMF933RE
Membre depuis il y a environ 4 ans

19:14

220

Facebook et Google démarrent-ils le micro de votre cell pour vous espionner?
Publié il y a environ un an

27823

Ce matin, Sylvain Bouchard a fait le tour de toutes les rumeurs qui courent sur la façon dont Facebook et Google sont en mesure de cibler de façon très précises de la publicité vers leurs utilisateurs c'est-à-dire vous!

Qui ne s'est jamais rendu compte qu'après avoir magasiné un grille-pain sur le web de voir apparaitre une série de publicités de toasters à travers sa navigation les minutes suivantes? En fait, tout ceci est calculé et prévu par les géants du web. C'est ainsi qu'il peuvent répondre le mieux aux annonceurs qui veulent rejoindre les clients les plus susceptibles d'acheter un produit chez eux. Si vous vous attardez un peu trop sur un sujet, une recette, un vidéo d'animaux, une publicité de voiture, il se peut que vous donniez comme signal à Big Brother vos préférences, grâce à vos actions, et ce dernier tentera d'en profiter pour vous donner encore plus de ce contenu que vous semblez aimer, incluant de la publicité, évidemment.

Bon, jusqu'ici, rien de bien nouveau, bienvenue en 2018, mais Bouchard ce matin a parlé d'une rumeur qui elle, décrit une façon de faire qui semble un peu plus envahissante, peut être même un peu trop... «Une amie me jure qu'elle a pas cliqué ou inscrit dans un moteur de recherche la marque d'un soulier, elle en a juste parlé, alors que son téléphone est sur la table. Elle ouvre son téléphone, puis il y a de la pub de la marque de soulier quelle a parlé!» a raconté Bouchard. Pour expliquer comment cela peut être possible, sous le scepticisme évident de ses co-animateurs, Sylvain a parlé de méthodes que pouvait utiliser les enquêteurs pour espionner des personnes soupçonnées de crime par exemple, comme actionner à distance le micro de leurs cellulaires pour écouter leurs conversations. Si la technologie existe pour la chasse aux criminels, avouez qu'il n'y a qu'un pas...

Réalité ou fiction? On ne pourrait dire. Mais la technologie est rendu très loin, possiblement au-delà de notre imagination.

Entendu sur les ondes de FM93 à Québec dans l'émission «Bouchard en parle» avec Sylvain Bouchard, Jean-Simon Bui et Élizabeth Crête le 5 février 2018 (COGECO).


CJMF933RE CJMF933RE
Membre depuis il y a environ 4 ans

10:24

107

André Arthur remercié de BLVD: «Ma surprise vient du fait que ça a duré plus longtemps que je l'imaginais» —Claude Thibodeau
Publié il y a environ un an

27785

Celui qui se fait appeler le «consultant en communication» a commenté le congédiement d'André Arthur sur les ondes de la radio de Radio-Canada, et l'ancien grand patron du FM93 ne s'est pas dit surpris de la décision: «Ma surprise vient du faut que ça a duré plus longtemps que je l'imaginais» a dit celui qui avait contribué à créé le populaire Zoo dans les années 80.

«Quand le personnage arrive en ondes, on connait son fond de commerce, ses opinions ,sa façon de s'exprimer. On sait surtout que, plus il avance en âge, plus M. Arthur est inflexible sur ce que j'appellerais ses valeurs, ou ses croyances profondes» a analysé Thibodeau.

Catherine Lachaussée a souligné les bons résultats d'André Arthur dans son émission du midi, et a demandé au consultant quel serait la suite pour BLVD: «Combien de business est arrivé à BLVD parce que M. Arthur la générait...je ne suis pas convaincu qu'une grand majorité des publicités qui étaient dans l'émission de M. Arthur était directement attribuable à sa présence.» a-t-il dit.

«Si M. Arthur choisissait de continuer de faire de la radio à quelque part, il y a probablement quelqu'un qui lui offrirait un micro et probablement que cette station-là rapidement verrait monter ses cotes d'écoutes puis il y aurait l'effet André Arthur, c'est démontré, c'est éprouvé, c'est clair... c'est automatique. Mais avec ça vient le trouble, le stress, les brulements d'estomac, le fait qu'il a dit ceci, cela, que tu peux pas le contrôler.» a ajouté le consultant.

Puis, Claude Thibodeau a ajouté un élément intéressant du contrat que l'animateur déchu avait avec la station dirigée par Leclerc Communication: «M. Arthur cet automne avait annoncé un allégement de son temps d'antenne sur les ondes de BLVD, à la plus grande surprise, il avait dit je travaillerais maintenant trois jours par semaine et non pas quatre comme avant ou cinq. Moi ce que j'ai su à travers les branches, c'est que M. Arthur souhaitait en faire plus, et que les conditions qu'il n'arrivait pas à avoir de ses patrons étaient-elles que en bon ¨contrarian¨ comme il est, il a dit parfait d'abords donc je vais vous en donner moins, en espérant avoir un angle de négociation, or, semblerait que ça n'a pas marché, et aujourd'hui on voit que ça se solde par une fin des activités

Entendu à Radio-Canada cet après-midi à Ici Radio-Canada Première (Québec) avec Catherine Lachaussée le 29 janvier 2018.


IciRE IciRE
Membre depuis il y a plus de 3 ans

09:06

305

L'historique du Black Friday (Vendredi fou) avec Luc Dupont
Publié il y a plus d'un an

27588

Luc Dupont, professeur de communication à l’Université d’Ottawa et spécialiste en marketing était en entrevue avec Ève-Marie Lortie au FM93 pour parler de l’origine du Black friday, cette immense fête du magasinage reliée aux congés du Thanksgiving (Action de grâce) aux États-Unis. Au Québec, on a récupéré cette fête du magasinage pour appeler ça le Vendredi fou. Malgré que ce ne soit pas un congé ferlé ici, on peut remarquer un traffic plus lourd lors de cette journée toujours dans le même but; envahir les magasins à la recherche de rabais annoncés à grands coups de publicités dans les journaux et sur le web pour inviter la population à économiser à l’unisson.

Voici 10 citations du passage de Luc Dupont au FM93 pour parler du «Black Friday» (Vendredi fou):

1- «Il n’y a personne qui appelle ça exactement de la même manière… j’ai entendu Vendredi fou, Vendredi noir puis Black Friday…ce que ça nous rappelle est qu'on est au début de quelque chose au Québec…C’est comme si on avait pas encore arrêté au fond l’expression officiel…ça nous rappelle que c’est pas une fête d’ici»

2- «C’est une fête qu’on a fini par incorporer…entre autre à cause de Amazon parce qu'avec Amazon il n’y a pas de frontière...»

3- «On parle d’à peu près un million de personne qui vont se déplacer au moins dans les centres commerciaux aujourd’hui (vendredi) au Canada, c’est quand même pas si mal pour une fête qui vient tout juste d’arriver…»

4- «Dans le cas du Black friday, l’histoire n’est pas facile parce qu’il n’y a pas deux personnes qui ont la même version…la plus récente serait que le comptable anciennement tenait ses livres, tant qu’on était dans le déficit on écrivait en rouge, puis un moment donné on tombait dans le profit, et là tu changeais de crayon, tu allais chercher ton crayon noir...»

5- «Aux États-Unis hier (jeudi) il y a 50 millions de personnes qui se sont déplacées...»

6- «Au Québec… on a pas ce congé là officiel, nous il est plus tôt… parce qu’à l’origine l’Action de grâce, c’était pour fêter la fin des récoltes et aux États-Unis, ils sont plus au sud donc c’est un petit peu plus tard…Mais je soupçonne qu’un jour on essaiera de s’ajuster»

7- «Macy’s va faire la première parade de la Thanksgiving en 1923, et ce sera la première entreprise à inventer les prix fixes dans les magasins…avant tous les prix étaient négociés en fonction du salaire»

8- «Le marketing joue un rôle important pour ces journées. Est-ce qu’il y a autant de rabais qu’on le pense? La réponse courte se serait non. Est-ce qu’il y a des rabais importants? La réponse courte se serait oui!»

9- «Le Cyber monday a été inventé par Amazon pour répondre au phénomène naturel des consommateurs qui s’étaient découragés du trop grand achalandage du Black friday et qui ont fait leurs achats le lundi suivant en ligne…on a vendu pour plus de trois milliards de dollars de marchandises l’an passé lors de cette journée seulement sur Internet!»

10- «En marketing tu as toujours besoin d’un moment ou tu prends le sifflet et tu siffles de toutes tes forces et tu dis là, la course commence! Go!»

Entendu sur les ondes du FM93 à Québec dans l’émission «Le Retour du FM93» avec Ève-Marie Lortie le 24 novembre 2017 (COGECO).


CJMF933RE CJMF933RE
Membre depuis il y a environ 4 ans

17:48

153

Légalisation du cannabis: «Non, non, l’état ne veut pas faire de l’argent avec ça» dit la ministre Charlebois
Publié il y a plus d'un an

27554

C’est aujourd’hui que le projet de loi encadrant la vente et la consommation du cannabis a été déposé et la ministre Lucie Charlebois était l'invitée de CHOI Radio X pour parler de ce qu’il contenait.

Il y aura au départ 15 succursales pour desservir le territoire québécois sous la bannière de la Société Québécoise du Cannabis (SQC), (en comparaison, il y a 400 SAQ). «La mission de la SQC ne sera pas la même que la Société des alcools, il est clair que tous les objectifs de la Société québécoise du cannabis n’est pas de faire de l’argent mais bien de faire la vente de façon responsable et de s’assurer que nous informions la population que nous faisons de la prévention…» a prévenu la ministre qui a aussi dévoilé qu’il n’y aura pas que la SQC comme point de vente mais d’autre endroits aussi qui seront expérimentés ainsi que la vente en ligne qui sera développée.

«Pourquoi on a pas confier ça à des gens qui sont déjà dans le commerce comme Couche Tard par exemple qui avait levé la main et qui était intéressé, et qui ont peut-être le sens de la business de dire ben la clientèle existe déjà, parce que moi ça me rentre pas dans la tête, je peux pas croire qu’on ne veut pas faire de l’argent avec la légalisation du cannabis je pensais que c’était le nerf de la guerre moi…» a dit l’animateur Denis Gravel, surpris des propos de la ministre Charlebois qui a aussitôt répondu: «Non, non, l’état ne veux pas faire de l’argent, en tout cas la province de Québec c’est pas ce qu’on souhaite, ce qu’on souhaite c’est d'avoir le contrôle sur notre environnement de vente, ce qu’on veut c’est dé-banaliser le produit, on veut contrôler l’accès au produit...».

«Eille, ça va couter une beurrée, pour rendre légal un produit qui l’est déjà, c’est-à-dire qui est toléré, on s’en va ou avec ça là?» S’est demandé l’animateur et son équipe suite à l'entrevueavec la ministre.

Quelques faits sur le projet de loi:

La Société québécoise du cannabis sera créée par Québec

Interdiction pour les mineurs d’acheter, de posséder et de consommer du cannabis

Un adulte peut garder 150 grammes de cannabis à son domicile ou 30 grammes sur lui

Interdiction de cultiver du cannabis à des fins personnelles 

Interdiction de fumer ou de vapoter du cannabis dans les cégeps et les universités

Imposition de limites en matière de promotion ou de publicités relatives au cannabis 

Tolérance zéro pour tous les conducteurs

Entendu sur les ondes de CHOI Radio X 98,1 à Québec dans l’émission Gravel dans le retour avec Denis Gravel. Véronique Bergeron et Jean-Francis Blais le 16 novembre 2017 (RNC MÉDIAS).


CHOI981RE CHOI981RE
Membre depuis il y a environ 4 ans

30:14

141

Montréal, ville sanctuaire: Denis Coderre finance les immigrants illégaux avec nos impots?
Publié il y a environ 2 ans

25780

Night Train critique Denis Coderre et son administration qui priorise une campagne de publicité plutôt que de se soucier des habitants de Montréal!


Radio B-52 Radio B-52
Membre depuis il y a plus de 2 ans

07:35

156

«Franchement? Très ordinaire, peut-être la pire cuvée...»—Luc Dupont revient sur la publicité du Superbowl LI
Publié il y a environ 2 ans

25572

Dans Le retour de Gilles Parent, Luc Dupont raconte son expérience marketing lors du Superbowl LI de Houston. Entendu au FM93, Le retour de Gilles Parent. 6 février 2017.


CJMF933RE CJMF933RE
Membre depuis il y a environ 4 ans

14:41

245

Les américains vont boirent 1 milliard de litre de bière et vont mangé 3 millions Lbs de croustilles demain
Publié il y a environ 2 ans

25557

Luc Dupont parle des publicitées qui seront présenté demain et racontré la consommation de Fast Food que les américains feront demain dans le cadre du super Bowl sur les ondes de www.Danradiosport.com


Dany Veilleux Dany Veilleux
Membre depuis il y a plus de 2 ans

06:35

68

Luc Dupont : les publicités du Super Bowl 2017
Publié il y a environ 2 ans

25542

Luc Dupont, professeur et conférencier, s'intéresse aux publicités du Super Bowl 2017 - stratégies, annonceurs, coût de la publicité, etc. Pour la première fois cette année, on verra les pubs américaines en direct.


Luc Dupont Luc Dupont
Membre depuis il y a plus de 10 ans

11:31

166

logo radioego

radioego.com