Résultat pour: #victime

La victime de Luck Mervil terrifiée lui aurait dit non à 60 reprises!
Publié il y a 12 jours

28166

Elle garde les enfants de Luck Mervil, un homme qu'elle admire depuis des années en plus de rêver d'une carrière en théâtre. voici les ingrédients qui ont convaincu le chanteur d'agresser sexuellement la jeune fille de 17 ans, alors que lui en avait presque 30!

Monic Néron, ce matin, a dévoilé des extraits de la teneur du témoignage de la victime effectué en 2017 qui peut être dévoilé maintenant que Mervil a plaidé coupable:

«Le chanteur de 28 ans se lève, agrippe l'adolescente par les épaules et l'embrasse sur la bouche de «façon inappropriée». Elle recule, déboussolée. «Il me dit : "Ben là, on joue la comédie. Tu veux me montrer que tu es une bonne comédienne ou pas? Dans les films, il y a des scènes d'amour, comment tu vas gérer s'il y a une scène d'amour? Des fois, tu dois être toute nue, comment tu vas faire si tu es trop pudique?" » A dit la victime dans son témoignage.

Texte plus complet dans le Journal de Montréal ici.

Entendu sur les ondes du 98,5 FM à Montréal à l'émission «Puisqu’il faut se lever» avec Paul Arcand et Monic Néron le 15 mai 2018 (COGECO).


Le985RE Le985RE
Membre depuis il y a plus de 3 ans

03:08

330

 «C'est pathétique ce que Gary Daigneault a fait» —Denis Gravel
Publié il y a environ 2 mois

28032

Une histoire de #MoiAussi qui vire bizarre, ça arrive, en tout cas ça semble arriver beaucoup dans ce cas-ci ou une dénonciation de quelqu'un sans réel preuve via Facebook est en train de se retourner contre lui! Une perte d'emploi, une réputation salit, une plainte et une poursuite plus tard, ou s'en va-t-on avec oute cette aventure?

Dans son émission du retour cette semaine, Denis Gravel de CHOI Radio X a fait un résumé très précis à partir des faits qui ont été rendu publics. Écoutez ce récit qui vous fera comprendre la nouvelle réalité d'aujourd'hui tant pour des victimes potentiels qui ne sont pas toujours ceux qu'on pense, que pour les sonneurs d'alertes, qui doivent faire attention avant de publier des noms, des photos, voir même des initiales de ceux qu'ils souhaitent dénoncer. On nom de quoi au juste?

Un article sur la démission de Langdau de RDS

Un article de sur la défense de Leroux ici:

Entendu sur les ondes de CHOI Radio X 98,1 à Québec à l’émission «Gravel dans le retour» avec Denis Gravel. Véronique Bergeron, Vince Cauchon et Jean-Francis Blais le 26 mars 2018 (RNC MÉDIAS).


CHOI981RE CHOI981RE
Membre depuis il y a plus de 3 ans

20:02

536

Bissonnette plaide coupable: «Inattendu mais extrêmement espéré» —Imam Hassan Guillet
Publié il y a environ 2 mois

28029

Suite au fait qu'Alexandre Bissonnette ait plaidé coupable aux six chefs d’accusation de meurtre prémédité et aux six chefs de tentative de meurtre qui pesaient contre lui en lien avec la tuerie survenue à la mosquée de Québec en janvier 2017, l'imam québécois Hassan Guillet, qui avait fait le tour du monde suite aux attentats de par son discours rassembleur, s'est entretenu avec Catherine Perrin ce matin sur les ondes de la radio de Radio-Canada et il s'est dit soulagé que Bissonnette ait plaidé coupable.

«Il faut qu'on s'entende, le sors d'Alexandre Bissonnette ne va pas retourner un orphelin à son père ou une veuve à son mari, par contre, ça va aider à commencer à panser les blessures, à vivre son deuil en sérénité» a dit l'imam qui a dévoilé avoir été un peu découragé en début de semaine lorsque Bissonnette avait plaidé non coupable.

Voici la lettre qu'Alexandre Bissonnette a lue aux familles des victimes, mercredi matin après avoir plaidé coupable:

Monsieur le juge, en cet instant que je suis libre de vider mon cœur et mon esprit, j’aimerais vous dire à vous et à tous qu’à chaque minute de mon existence, je regrette amèrement ce que j’ai fait.. les vies que j’ai détruites.

«J’ai honte de ce que j’ai fait. Je ne sais pas pourquoi j’ai posé un geste insensé comme ça et encore aujourd’hui, j’ai de la misère à y croire.

Sachez toutefois que contrairement à ce qui a été dit, je ne suis ni un terroriste ni un islamophobe.

J’avais depuis longtemps des pensées et des idées suicidaires et une obsession avec la mort. C’est comme si je me battais avec un démon qui a fini par m’avoir et gagner contre moi.

J’aimerais tant pouvoir revenir dans le temps et changer les choses.

Parfois j’ai l’impression que tout ça n’est qu’un affreux rêve... un long cauchemar.

J’aimerais pouvoir vous demander pardon, mais je sais que mon geste est impardonnable.

Si en plaidant coupable, je peux faire un peu de bien, alors, ce sera déjà ça de fait.»

Entendu à l'émission Médium large avec Catherine Perrin sur Ici que Première la radio de Radio-Canada le 28 mars 2018.


IciRE IciRE
Membre depuis il y a plus de 2 ans

05:21

34

Congédiement de Stéphane Langdeau à RDS. Mais où est la vérité?
Publié il y a 2 mois

28022

Dans l'émission du matin à Kyk Radio X, on a tenté de comprendre le pourquoi du congédiement de Stéphane Langdeau de RDS il y a quelques jours. Il y a peu à dire tellement il manque de détails à l"histoire.

Une histoire de pognage de nerfs de trop dans un dossier qui aurait mêlé le monde nourrit par les réseaux sociaux? À cela on ajoute une entreprise qui a horreur de gérer la controverse? Probablement.

Il faudra juste savoir au final qui sont les véritables victimes de toutes cette affaire... Et ça présentement, c'est vraiment pas clair!

Entendu dans Le Show du Matin à Kyk Radio X au Saguenay le 26 mars 2018 avec Dominick Fortin, Martin-Thomas Côté et Alexandra Tremblay (RNC MÉDIAS)


CKYK957RE CKYK957RE
Membre depuis il y a plus de 3 ans

05:10

11570

Le FM93 a testé le «cartage» à la SAQ et les dépanneurs!
Publié il y a 2 mois

27978

Bon flash du FM93 ce matin via Jean-Simon Bui, un des co-animateurs de Sylvain Bouchard, qui a parcouru avec une jeune complice de 16 ans, différents commerces qui vendent de l'alcool dont des succursales de la SAQ.

Ce test a été fait dans la mouvance suite au décès d'Athéna Gervais, une jeune fille de 14 ans, victime d'un accident le 1er mars dernier, alors qu'elle était sous l'influence de la controversée boisson alcoolisée FCKD UP, vendue librement dans les dépanneurs. Suite à ce tragique événement, Québec a décidé de retirer les boissons sucrées à forte teneur en alcool des dépanneurs et les marchés d’alimentation, pour réserver leurs ventes qu'à la Société des alcools du Québec (SAQ).

Serez-vous surpris d'apprendre que les commerces québécois ont presque totalement échoué le test du FM93? Eh oui, dans les 6 établissements visités par la station, 5 n'ont pas passé le test.

Entendu sur les ondes de FM93 à Québec dans l'émission «Bouchard en parle» avec Sylvain Bouchard, Jean-Simon Bui et Élisabeth Crête le 13 mars 2018 (COGECO).


CJMF933RE CJMF933RE
Membre depuis il y a plus de 3 ans

18:01

122

«Espèce de folie, d'hystérie médiatique» dit Rozon. Une journaliste remet les pendules à l'heure!
Publié il y a 4 mois

27833

Monic Néron du 98,5 FM qui fut l'une des journalistes qui avait diffusé des entrevues avec des présumées victimes de Gilbert Rozon en octobre 2017, a rétabli les faits avec le présumée agresseur ce matin alors qu'hier lors d'un passage en cour, il a utilisé l'expression «d'exécution, d'espèce de folie, d'hystérie médiatique» pour décrire la situation dans laquelle il est plongé depuis l'automne dernier.

«Le soir du 18 octobre, la veille de la diffusion des témoignages, on est ici au 98,5 dans un petit quartier général improvisé dans le bureau de la direction, et on appelle Monsieur Rozon à 5 numéros différents; cellulaire, Québec, France, résidence, Québec, France, parce qu'on savait qu'il était en Europe à ce moment-là et Juste pour rire, le relationniste, nous rappelle peut de temps après, et c'est là ou on a résumé ;es allégations. On a fait un petit ¨wrap-up¨ de ce que nous avions recueilli, et de ce que nous nous apprêtions à dévoiler le lendemain matin. Deux heures plus tard, il décide de démissionner de la chambre de commerce, de Juste pour rire, des fêtes du 375e avant même d'avoir entendu les témoignages, donc la folie médiatique, l'hystérie médiatique dont il parle, elle est venue après, parce que dans les faits, c'est basé sur ce que nous lui avons transmis via son relationniste, il savait que ça s'en venait, que ça allait sortir le lendemain et prend cette décision» a dit Néron qui était très au coeur de l'événement.

«Et il avait le choix de répondre, de répliquer, de donner sa version ce qu'il a refusé de faire» a dit l'animateur. «Ce qui nous permettait d'aller de l'avant de lendemain bien sur, tout ça a été fait dans les règles de l'art, donc je vous rappelle qu'il y a une enquête du SPVM toujours en cours. Il y a deux enquêteurs, une procureur qui sont assignés au dossier, et 23 plaignantes, et on devrait très certainement avoir les résultats de cette enquête-là au cours des prochains mois» a conclut la journaliste.

Entendu sur les ondes du 98,5 FM à Montréal à l'émission «Puisqu’il faut se lever» avec Paul Arcand le 19 janvier 2018 (COGECO).


Le985RE Le985RE
Membre depuis il y a plus de 3 ans

02:12

1938

Ne venez pas pleurer devant le kodak le 29 janvier
Publié il y a 4 mois

27774

Attentat du 29 janvier à Québec: Victimes et familles des victimes qui doivent se battre avec l'IVAC pour être reconnu. Nos politiciens et une petite larme devant les caméras.


Pascal Poudrier Pascal Poudrier
Membre depuis il y a 4 mois

16:36

53

#MoiAussi: Dénonciation policière ou médiatique? Le débat s'enflamme à Radio X
Publié il y a 4 mois

27735

Les dénonciations publiques qui ont pris place dans les médias depuis quelques mois et qui ont contribué à mettre en suspend les carrières de personnalités publiques telles que Gilbert Rozon, Éric Salvail et Gilles Parent pour ne nommer que ceux-là, suscitent de nombreux débats surtout avec l'arrivée du nouveau mouvement #EtMaintenant et de la signature d'une tribune de la part d'un groupe de femmes sur «la liberté d’importuner» pour les hommes.

Suite à une entrevue avec le juriste Me Julius Gray, qui a mis en garde sur les dangers de dérapages dans le cas de dénonciations publiques, Richard Martineau et Jonathan Trudeau ont eu un solide argument à CHOI Radio X à Québec sur les façons utilisées pour dénoncer des cas d'abus: Les médias, les réseaux sociaux ou la police? Ils ne s'entendent définitivement pas sur les moyens que les victimes prennent pour dévoiler le nom leur présumé abuseur.

Voici un compte rendu du débat que vous pouvez entendre intégralement en écoutant l'audio:

RM: Richard Martineau

JT: Jonathan Trudeau

JT: «Si t'es une victime puis que t'entends Me Gray dire: ¨vous savez, vaut mieux acquitter sans coupable que de condamner des innocents...¨ on encourage pas les gens à se tourner vers le système de justice pour obtenir réparation là...»

RM: «Ouais mais de là à dénoncer des gens sur les réseaux sociaux pis ces gens-là perdent tout du jour au lendemain sans qu'ils aient pu...»

JT: «Qui tu peux dire clairement: ¨cette personne-là, c'"est n'importe quoi...¨ Clairement Richard, en vacances t'as changé d'idée...»

RM: «Les journalistes ne sont pas des juges...»

JT: «Donc tu serais à l'aise à ce que Éric Salvail soit encore en ondes..

RM: «Tout inculpé à le droit d'être présumé innocent tant qu'il n'est pas déclaré coupable conformément à la loi par un tribunal indépendant et impartial à l'issue d'un procès publique et équitable...C'est notre charte canadienne des droits et libertés»

JT: «Admet que t'as changé d'avis...»

RM: «Ils ont le droit à un procès...»

JT: «Admet que tu as changé d'avis sur la question...»

RM: «Quelqu'un est innocent jusqu'à preuve du contraire...»

JT: «C'est un titre ça: ¨Richard Martineau croit que Gilles Parent devrait être encore en ondes¨...»

RM: «Un patron à le droit de dire moi regarde je suis mal à l'aise puis tout ça mais ces gens-là qui deviennent soudainement persona non grata partout alors qu'ils n'ont pas été déclarés coupables...»

JT: «Un patron ne peux pas dire qu'il est mal à l'aise si l'histoire sors pas...»

RM: «Les journaliste c'est correct qu'ils fassent leur job mais après ça c'est au juge et au système de justice...là si on commence à lyncher les gens puis qu'ils perdent tout puis tout leur droit, écoute c'est déjà arrivée à de nombreuses reprises de fausses accusations...»

JT: «Dans les cas récents qui ont défrayé la manchette, qui a été traité injustement?»

RM: «Je ne sais pas moi, est-ce que Patricia Tulasne a été contre-interrogée par un avocat? Écoute, les femmes qui avait dénoncé Jian Ghomeshi avaient menti à leurs propres avocats...»

JT: «Combien qui ce sont déclarés coupables sur la place publique se sont excusés de leurs gestes?»

RM: «Ça donne rien, ces gens-là sont déjà jugés...»

JT: «Le message que vous aurez entendu ici à Martineau-Trudeau et lu dans des médias c'est ¨si vous êtes une victime, farmez votre crisse de gueule¨...le message c'est ça...»

RM: «La police...va à la police...»

JT: «On passe notre temps à dénoncer le laxisme de notre système de justice qui est de la merde...»

RM: «Alors dénonce du monde au micro, n'importe qui...On ouvre les lignes, les filles là si vous voulez dénoncer des gens qui vous ont attaqué là...Maintenant plus besoin du système de justice, on a Martineau-Trudeau...»

JT: «Non mais c'est dont ben n'importe quoi ce que tu dis...»

RM: «Appelez, puis dénoncez votre frère, votre père, votre ancien patron qui vous a pas donné une promotion...»

JT: «Arrête tu l'échappes, Richard tu l'échappes...»

Entendu à CHOI Radio X dans l'émission MARTINEAU-TRUDEAU avec Richard Martineau et Jonathan Trudeau le 9 janvier 2018 (RNC MÉDIAS).


CHOI981RE CHOI981RE
Membre depuis il y a plus de 3 ans

11:45

257

Véronique Cloutier explique pourquoi elle n'est pas sortie publiquement pour le mouvement #MoiAussi
Publié il y a 4 mois

27732

En entrevue ce matin à l'émission de Paul Arcand au 98,5 FM à Montréal, Véronique Cloutier a expliqué pourquoi elle n'avait pas appuyé publiquement les mouvements de dénonciations des victimes d'inconduites sexuelles qui ont lieu depuis l'automne.

De passage pour parler de sa nouvelle émission «1res fois», l'animatrice a expliqué qu'elle était pour toutes les dénonciations tout en ajoutant qu'elle ne participait pas activement à ces mouvements-là quelqu'ils soient même si elle est très sensible, emphatique et pleine de compassions et solidaire parce que «ça m'expose» a-t-elle dit, et que «pour des raisons personnelles qui m'apparaissent évidentes, je ne veux pas m'exposer à ça parce que quand je m'associe à quoi que ce soit qui a un lien avec les agressions sexuelles, le harcèlement etc... dès qu'il y a le terme sexuelle de lier, on m'insulte, on m'invective et on me ramène à des zones très douloureuses de ma propre vie. Je préfère laisser la parole à ceux qui ont un message à livrer et qui ont quelque chose d'important à dire» a expliqué la fille de Guy Cloutier qui rappelons-le a plaidé coupable et fut emprisonné en 2004 suite à des accusations d’agressions sexuelles sur Nathalie Simard et une autres victime non identifiée alors qu'ils étaient enfant.

«Ce que ça fait c'est que ça ouvre toujours la porte à quelqu'un pour venir m'insulter, je l'ai vécu souvent Paul dans les quatorze dernières années» a dit Véro qui dit s'impliquer de bien d'autres façons en donnant à plein de causes. «Moi je ne suis pas victime de ça, moi j'ai vécu les contrecoups de ça dans ma famille, j'ai souffert de ça mais c'est rien comparé à ceux et celles qui ont été victimes. Donc je préfère laisser la place à ces gens-là» a-t-elle conclut.

Entendu sur les ondes du 98,5 FM à Montréal dans l'émission «Puisqu’il faut se lever» avec Paul Arcand le 15 janvier 2018 (COGECO).


Le985RE Le985RE
Membre depuis il y a plus de 3 ans

02:48

1907

«Je me suis même demandée si elle [Lise Payette] n’était pas sénile» Léa Clermont-Dion donne sa première entrevue depuis sa dénonciation publique
Publié il y a 5 mois

27685

Léa Clermont-Dion a accordé sa première entrevue depuis qu'elle a dénoncé sur sa page Facebook en octobre dernier avoir été agressée sexuellement en 2008 par l'écrivain, journaliste et personnalité du journal Le Devoir Michel Venne. Il est également directeur-fondateur de l'Institut du Nouveau Monde.

«Moi ça fait 10 ans que je vivais dans la honte, et j’ai décidé de cesser d’avoir honte et le jour ou j’ai fait ma déclaration je me suis sentit libéré» a dit l’auteure et animatrice au micro de Paul Arcand au 98,5 à Montréal. Sa dénonciation à l’automne 2017 a fait partit d'une vague énorme de dénonciations de comportements inappropriés, particulièrement dans le milieu artistique. Le SPVM avait d'ailleurs ouvert une ligne téléphonique spéciale pour répondre à la demande. Léa Clermont-Dion était loin de se douter qu'un tel mouvement allait prendre place au Québec à ce moment: «Je pense que c'est la preuve que les femmes n'ont pas confiance au système judiciaire. Pourquoi parler publiquement comme ça? C'est peut-être à cause des propos du juge Robin Camp qui demande aux présumées victimes pourquoi elles n'ont pas serré les genoux davantage. C'est toute une culture», a-t-elle dit en entrevue.

Parlant de son agresseur à Paul Arcand elle dira: «C’était mon idole de jeunesse, je l’admirais, je l’aimais. C’était quelqu’un que je respectais énormément, que ma famille respectait…et l’autre idole qui m’a profondément déçu c’était Lise Payette, vous savez, la première déclaration publique que j’ai fait à 14 ans au téléjournal, j’ai reçu un livre d’une femme et c’était celui de Lise Payette… c’était mes deux idoles» a dit celle qui en avait long à dire sur Payette qui lui conseillera de ne pas parler.

Lise Payette

La victime est revenue sur sa rencontre avec Lise Payette: «Je veux juste rectifier les faits monsieur Arcand parce que madame Payette a dit publiquement que j’étais allée la voir ce qui est complètement faux. Elle m’a appelé pour que j’aille la rencontrer. Je ne lui ai jamais demandé conseil. Comment ça s’est déroulé en fait, c’est que, elle m’a parlé pendant deux heures de temps de tout et de rien, de la vie, de la condition féminine, moi j’étais complètement admirative devant elle, elle m’a dit que j’étais sa petite fille, littéralement, qu’elle pouvait me faire confiance sur tout donc, vous imaginez c’était mon idole de jeunesse alors moi je suis complètement ébahie, puis après deux heures de discussion elle m’a dit; tu as fais du tord à mon ami, et là, tu pourrais être poursuivie, donc je t’invite fortement a signer une lettre. Elle m’encourageait finalement à nier la réalité…» a dit la jeune femme manifestement déçu: «Pour moi c’est tout à fait irrationnel de la part de Lise Payette, je me suis même demandé si elle n’était pas sénile, j’ai eu de la compassion pour elle avec du recule. Pourquoi elle a fait ça? C’est détruire son lègue, son oeuvre complètement, mais j’ai l'impression que c’est symptomatique d’une culture…pendant tellement d’années ou de siècles on a étouffé les agressions sexuelles…»

Pour terminer l’entretien, l’auteur et animatrice a dit qu’elle avait eu d’autres témoignages de femmes qui ont été des présumés victimes de Michel Venne mais qui ne désiraient pas parler: «parce qu'elles n‘étaient pas prêtes à le faire…»

Entendu sur les ondes du 98,5 FM à Montréal dans l'émission «Puisqu’il faut se lever» avec Paul Arcand le 19 décembre 2017 (COGECO).


Le985RE Le985RE
Membre depuis il y a plus de 3 ans

09:41

225

logo radioego

radioego.com