Le985RE
Le985RE
Membre depuis février 2015
499 fichiers audio
32 abonnés
0 abonnements

«Québec est encore dans les cartes...juste pas aujourd'hui»  —Geoff Molson
Publié il y a 4 jours

27662

Le grand patron des Canadiens de Montréal Geoff Molson a donné une de ses rares entrevues hier avec Ron Fournier au 98,5 FM à Montréal. Invité au départ à parler de l'inauguration d'une autre patinoire Bleu blanc rouge cette fois au parc De Mésy d'Ahuntsic-Cartierville mercredi, la discussion a rapidement déviée vers la saison actuelle de l'équipe et sur quelques dossiers qui meublent les discussions dans la LNH présentement.

Voici en mode question/réponse, un résumé de la rencontre entre les deux individus: 

Question de Ron Fournier: Comment composer avec la critique?

Réponse de Geoff Molson: Il y a énormément de passion pour cette équipe au Québec puis à Montréal. Quand ça va bien, je comprend que la passion est bien élevée…quand ça va mal c’est complètement l’opposé et moi je comprend très bien ça…quand ça va mal, le monde veule en parler…l’ère moderne, 2017-2018, c’est facile pour nos partisans de nous rejoindre par les réseaux sociaux, on reçoit de leurs messages constamment. 

Y-a-t-il plus de pression de réussir ici à chaque saison qu'ailleurs dans la ligue?

Réponse de Geoff Molson: Avec notre histoire de 24 Coupes Stanley et beaucoup de succès dans les 100 dernières années, les attentes sont très élevées. À chaque année, on doit avoir une équipe qui est capable de gagner… 

Pourriez-vous envisager nommer un jour un président hockey à Montréal?

Le plus important c’est que je donne les moyens à Marc de bien s’entourer, c’est ça qu’il fait.

Jeff, vous n’entrevoyez pas le retour des Nordiques dans un avenir rapproché, vous savez que je vous pose la question parce que c’est pas que vous ne voulez pas cela, c’est la ligue qui a décidé ça, ce sont les 10 propriétaires sur le comité exécutif…à la lumière des annonces que Monsieur Bettman a fait la semaine dernière là, effectivement ça ne regarde pas bien pour les gens de Québec. Pourquoi Seattle même Houston semble plus attrayant que Québec?

Je pense que Québec est encore dans les cartes, juste pas aujourd’hui. Je pense que l’année passée c’était Québec et Vegas, ils ont soumis leur candidature, et leur candidature est encore en place, mais là il y a Seattle qui lève la main et qui veut soumettre une candidature, alors ça c’est approuvé et accepté pour voir ce que Seattle veut faire en terme d’équipe dans la Ligue Nationale, puis après ça on verra. Honnêtement, c’est quelque chose qui est dans les mains de la ligue. Il y a pas de vote, y’a pas de discussion autour de la table pour tester si un marché est mieux que l’autre. C’est vraiment la ligue qui font leur devoir, leur recherche, puis ils vont vers tous les propriétaires pour faire des propositions.

Avez-vous donné des directives à Marc Bergevin afin de «bouger» d'ici la fin de la saison avant qu’il ne soit trop tard?  

L’équipe veut toujours s’améliorer, et Marc va toujours continuer de l’améliorer, mais il ne fera pas un échange juste pour en faire une…il a un plan, et on le connait à l’interne et si on réussi à le réaliser, on pense qu’on va être dans une meilleur position...

Entendu Le 13 décembre 2017 dans Bonsoir les Sportifs avec Ron Fournier au 98,5 FM et le réseau des radios parlées de COGECO.


Le985RE Le985RE
Membre depuis il y a presque 3 ans

11:10

270

Chantiers près de mosquées vs Femmes: Une fake news signé TVA?
Publié il y a 4 jours

27661

Les dirigeants des mosquées qui ont fait l’objet du reportage de TVA en début de semaine menacent de poursuivre le diffuseur et tous ceux qui pourraient avoir nui à leur réputation. Voici ce qu’on a appris dans un article du Devoir ce matin puisque suite à une nouvelle propagée par TVA, la Commission de la construction du Québec (CCQ) a commencé son analyse et n’a pas trouvé de clause qui traite des femmes sur le chantier de construction près de deux mosquées de Côte-des-Neiges, dans la région de Montréal.

L’histoire? Un entrepreneur aurait expliqué avoir subit des pressions du propriétaire d’une mosquée pour qu’il n’y ait aucune femme sur le chantier voisin du lieu de culte particulièrement le vendredi. Philippe Bonnevile et Patrick Lagacé ont tenté de cerner la problématique dans l’émission du retour de Paul Houde au 98,5 hier et leur conclusion n’est pas rose pour le réseau TVA qui est l'organe de presse qui a principalement propagé la nouvelle, alors que tout semble indiqué qu’il n’y aurait pas vraiment eu de plainte de déposé. Travail journalistique bâclé? Fake news? Pourquoi une nouvelle avec un sujet si sensible a pu être diffusée massivement sur un réseau national si elle ne repose sur rien?

«Les dirigeants de la mosquée niaient vigoureusement toute demande visant l’exclusion de femmes à proximité de ce chantier là» a dit Bonneville au micro du 98,5 mardi après-midi suite à des discussions avec eux. La seule demande des dirigeants de la mosquée aurait été qu’il y ait diminution du bruit pour le vendredi uniquement, jour de prière pour les musulmans, une demande accepté par les responsables du chantier. «On comprend maintenant que tout ça n’est pas fondé» a ajouté le journaliste précisant que du côté de la mosquée, les dirigeants ont embauché un avocat suite à des menaces importantes qu’ils ont reçu suite à la diffusion de la nouvelle, (menaces de mort et d'incendie), nouvelle considéré fausse largement propagée sur les réseaux sociaux.

Patrick Lagacé pour sa part, n’a pas été tendre envers le réseau TVA qui a diffusé en grande pompe la nouvelle: «En journalisme, on peut faire des erreurs. Le journalisme, c’est un processus, des fois tu te trompes, ce qui est important c’est de le corriger rapidement…j’aimerais voir TVA clarifier sa position là-dessus» a dit le chroniqueur de la Presse: «Ce qui est sortit aujourd’hui, ça contredit ce qui est sortit à TVA hier…je ne suis pas dans le TVA bashing…il n’y a personne qui veut sortir de la fausse information surtout quand ça touche, disons le franchement, les musulmans au Québec, c’est une question qui est explosive…mais si TVA a fait une erreur, c’est le temps de le dire pour désamorcer la situation…y’a des cabochons partout» a conclut Lagaçé dans sa chronique avec Paul Houde.

Entendu sur les ondes de 98,5 FM à Montréal dans l'émission «Le Québec Maintenant» avec Paul Houde le 13 décembre 2017 (COGECO).


Le985RE Le985RE
Membre depuis il y a presque 3 ans

09:37

345

Juste pour rire devrait-il être enquêté pour trouver qui savait quoi dans la boîte?
Publié il y a 7 jours

27648

Suite aux allégations d’inconduites sexuelles qui ont touché Gilbert Rozon, le grand patron du groupe Juste pour rire cette automne, la question se pose: Qui savait quoi dans l’organisation?

Avec un chiffre d’affaire de 124 millions et 110 employés permanents, il y a en effet surement de monde qui aurait pu être témoin et dénoncer quelque chose au cours de années. Patrick Lagacé, invité de Paul Arcand ce matin au 98,5 FM à Montréal, a fait un parallèle avec UBER aux États-Unis qui a fait face à une situation semblable. «Il y a eu des accusations contre la compagnie UBER, d’un climat qui facilitait le harcèlement sexuel, et aussi la discrimination envers les travailleuses femmes. Et quand le scandal a éclaté, on a mandaté l’ancien producteur de la justice chez Obama, Éric Holder, pour enquêter sur les pratiques à l’interne. Holder a interviewé 200 personnes chez UBER. Il a produit un rapport qui a mené entre autres à des suspensions, des congédiements et à l’exil du PDG de UBER…à quant l’équivalent pour Juste pour rire?» s’est demandé le chroniqueur de La Presse.

Arcand pour sa part a plutôt été d’accord avec l’approche de Lagacé: «C’est pas un dépanneur là Juste pour rire, normalement, une entreprise de cette taille qui se respecte a un conseil d’administration, a un service de ressources humaines et une politique» a dit l’animateur qui a posé une question très clair: «Les soeurs Rozon faisaient quoi quand leur frère tripatouillait des jeunes femmes? Puis tu vas me faire croire toi que personne était au courant dans la boîte?» A dit Arcand, faisant référence à Lucie et Luce Rozon, les deux soeurs jumelles de Gilbert qui gravitent dans les hautes sphères du groupe depuis de nombreuses années.

Alors, oui ou non à une enquête externe sur l'organisation pour enfin faire le ménage pour de bons?

Entendu sur les ondes du 98,5 FM à Montréal dans l'émission «Puisqu’il faut se lever» avec Paul Arcand le 11 décembre 2017 (COGECO).


Le985RE Le985RE
Membre depuis il y a presque 3 ans

05:19

222

Gala des Olivier vs Gilbert Rozon: «C'est pas vrai que je vais gâcher ma soirée parce que cet ostie-là a décidé de faire l'épais»  —Mariana Mazza
Publié il y a 8 jours

27646

L’humoriste québécoise Mariana Mazza, grande favorite pour rafler plusieurs prix au gala des Olivier dimanche soir, a fait une sortie sur Gilbert Rozon lorsque questionnée sur la façon dont les humoristes allaient réagir durant la soirée face à la situation de celui qui a du quitter l'organisation Juste pour rire suite à de nombreuses allégations d'inconduites sexuelles pesant sur lui.

Comme c’est son habitude, Mazza n’a pas mâché ses mots face aux questions de Catherine Beauchamp du 98,5 FM sur le sujet ce matin. On a réalisé qu’elle ne portait pas l’ancien grand patron de Juste pour rire dans son coeur: «Yé pu là, on passe à autre chose! Par contre faut être prévoyant pour la suite des choses» a dit l'humoriste tout en ajoutant: «C’est pas vrai que je vais gâcher ma soirée parce que c’t’ostie-là a décidé de faire l’épais» a dit celle qui fait aussi partie de l'équipe de filles de la série CODE F présenté à VRAK.

Mariana a toutefois ajouté qu’elle entrevoyait le gala de façon très positive: «Moi je vais arriver de bonne humeur, je vais me mettre belle, je vais être fier de ce que j’ai fait, puis je vais aller célébrer le travail de mes collègues et le mien. Non, c’est pas parce que Gilbert a fait quelque chose que je vais m’arrêter d’avoir du plaisir. On devrait célébrer le fait qu’il est plus là, c’est aussi simple que ça.» a conclut celle qui domine le nombre de nomination pour la remise des trophées de soirée récompensant les artisans de l'industrie de l'humour avec cinq.

Entendu sur les ondes du 98,5 FM à Montréal dans l'émission «Week-end Extra» avec Mathieu Beaumont le 10 décembre 2017 (COGECO).


Le985RE Le985RE
Membre depuis il y a presque 3 ans

01:56

361

«Québec doit se montrer encore plus vibrant comme marché»  —Ray Lalonde
Publié il y a 9 jours

27645

Il y a eu pas mal de nouvelles d’importances en provenance de la réunion des gouverneurs de la LNH qui a eu lieu à Palm Beach cette semaine. Des nouvelles qui ont et qui auront un impact direct à court et moyen terme sur la venue éventuelle d’une équipe professionnelle de la LNH à Québec.

  


En effet, on a appris lors de cette rencontre qu’un processus d’expansion sera mis en branle dans le but d’accommoder le marché de Seattle qui a annoncé plus tôt cette semaine la rénovation de leur KeyArena, datant de 1962, au coût de 660 millions de dollars. On a aussi appris que les Hurricanes avaient trouvé un acheteur, un milliardaire de Dallas du nom de Tom Dundon. qui dit vouloir garder l’équipe en Caroline pour au moins les 7 prochaines années. Donc, deux mauvaises nouvelles pour la renaissance des Nordiques. Les analystes et partisans sont en droit de se demander si ils auront un jour l’occasion d’aller encourager à nouveau une équipe de la LNH dans leur ville.

Ray Lalonde, l'ancien responsable du marketing du Canadien de Montréal et ex-président des Alouettes a bien voulu donner son avis à ce sujet à Alain Crête et Paul Arcand au 98,5 FM à Montréal vendredi.

Voici 7 citations provenant de son intervention en ondes. (Audio disponible).

  


1- «Québec est une excellente ville candidate, mais pas à la mesure de Seattle ou de Houston...».

2- «Faut pas perdre espoir pour Québec, faut simplement que Québec continue de démontrer l’enthousiasme, l’énergie, la volonté de se positionner.».

3- «Montre-moi que t’es une ville qui peut compétitionner contre Seattle et on va te considérer…».

4- «Je ne peux pas croire [Après Seattle et Houston] qu’il y a beaucoup d’autres marchés plus intéressants que Québec».

5- «C’est la job du groupe, de la ville, du maire, de la province, de Québecor, des dirigeants de continuer d’être planté au côté du bureau de Gary Bettman à chaque jour pour lui dire qu’on veut une équipe, voici les moyens, voici les preuves, voici notre équipe de direction, voici comment on va te générer des dollars, comme Seattle peut le faire».

6- [Sur le prix d’entrée à la hausse dans la LNH] «C’est le prix d’entrée dans une business qui en génère des dollars…faut pas penser que c’est autre chose que de l’argent, si il y avait des preuves qu’il y avait de l’argent, il serait au rendez-vous pour Québec. Ça a rien à voir avec la ville, avec le marché, avec la langue, avec la politique, ça a voir avec l’argent.».

7- [Sur la situation des Coyotes de Phoenix et des autres canards boiteux de la ligue] «Je ne veux pas non plus dire que Gary Bettman est constant dans tout ce qui dit, ça arrive qu’il y a des irrégularités...».

Entendu sur les ondes du 98,5 FM à Montréal dans l'émission «Puisqu’il faut se lever» avec Paul Arcand le 8 décembre 2017 (COGECO).


Le985RE Le985RE
Membre depuis il y a presque 3 ans

07:59

173

Les sacs de plastique seront bannis à Montréal dès 2018
Publié il y a 10 jours

27642

Dans un article du Devoir, on a pu lire ce matin que le règne du sac de plastique à usage unique tire à sa fin à Montréal. Dans moins d’un mois, (janvier 2018), il sera interdit aux commerçants d’en distribuer à leurs clients pour leurs emplettes. Les commerçants bénéficieront toutefois d’une période de grâce de six mois pour se conformer au règlement qui entre en vigueur le 1er janvier prochain.

Jean-François Parenteau, responsable de l’environnement au comité exécutif à la ville de Montréal, était l’invité de Paul Arcand ce matin pour parler du sujet. M. Parenteau a expliqué que c’est le 5 juin prochain, jour de l’environnement, que la période de transition et de sensibilisation prendra fin et que tout sac de plastique du type que nous avons en épicerie sera interdit de distribution. «On produit 2 milliards de ces sacs par année et on réussit à en récupérer que 14%» a expliqué l’environnementaliste, qui ne nie pas ces sacs sont recyclables, mais a expliqué que la difficulté était justement qu'ils étaient difficile de les recycler pour différentes raisons. «Le fameux 5 cents qu'on charge à l'épicerie, on avait réduit de 52% l'utilisation de ces sacs mais là on a atteint un plancher» a dit l'employé de la ville.

Entendu sur les ondes du 98,5 FM à Montréal dans l'émission «Puisqu’il faut se lever» avec Paul Arcand le 8 décembre 2017 (COGECO).


Le985RE Le985RE
Membre depuis il y a presque 3 ans

06:32

69

Voici pourquoi les chinois appellent Justin Trudeau «Petite Patate»
Publié il y a 13 jours

27625

Dans le segment politique de l’émission de Bernard Drainville et de ces collaborateurs Alec Castonguay et Antoine Robitaille, on a appris que Justin Trudeau, en voyage en Chine présenement, se faisait appeler par la population chinoise «Petite Patate».

«¨Petite Patate¨ c’est le nom de Justin Trudeau en Chine» a dit Alec Castonguay qui a expliqué que quand tu prononces Trudeau en mandarin, la sonorité est très semblable à «patate». «Les chinois s’amusent beaucoup en disant que c’est la visite de patate, et pourquoi petite? Parce qu’il était le fils de l’autre» a dit Castonguay. Puis l'animateur Bernard Drainville a essayé de comprendre: «L’autre c’était la Grande Patate ou la Grosse?» A-t-il demandé à Castonguay... «L’autre Trudeau, son père, Pierre Elliott Trudeau, maintenant c’est le vieille patate.» A dit le commentateur politique qui en a rajouté: «Moi les traduction que j’ai lu c’est Patate Supérieur ou Grande Patate, pour parler de Pierre Elliott Trudeau, mais quand j’ai envoyé mon résumé de ma chronique à Loic Tassé, notre cher collègue, qui lui parle mandarin, il m’a écrit un courriel de plusieurs lignes m’expliquant la différence entre vieille, supérieur et grande dans le language chinois.» a dit Castonguay. Tassé est venu à la rescousse des animateurs pour amener plus de précisions.

Entendu sur les ondes de 98,5 FM à Montréal dans l'émission «Drainville PM» avec Bernard Drainville le 4 décembre 2017 (COGECO).


Le985RE Le985RE
Membre depuis il y a presque 3 ans

03:37

153

Les participants d'OD évacués d'urgence de Bali! Julie Snyder raconte:
Publié il y a 17 jours

27613

La productrice de Occupation Double Bali, Julie Snyder, a expliqué comment les participants d’OD ont du être évacués grace à l’éruption du volcan du mont Agung, situé à environ 75 kilomètres des principales destinations touristiques. Le volcan émet d'épaisses colonnes de fumée grise depuis plusieurs jours et fait craindre une éruption majeure à tout moment.

Snyder a raconté au micro du 98,5 FM à Montréal que des décisions ont du être prises pour protéger les participants qui devaient rester à Bali en temps normal jusqu’au 10 décembre, jour de la finale. «Normalement, ils devaient rester à Bali, parce que nous on avait une maison ou on les cache, donc il reste à Bali et tout ça mais là lundi, quand j’ai vu que l’aéroport était fermé j’ai vraiment comme, j’ai vraiment parler à mon équipe à Marie-Pierre Gaudreau et à toute l’équipe et j’ai dit on les évacuent, on rapatrie tout le monde,, un moment donné ça s’appelle les imprévus dans le budget, mais on va défoncer les imprévus pis on les ramènent parce qu'on est responsable… j’avais trop peur, je me suis dit les plaques tectoniques de l’océan indien ne nous appellerons pas pour nous dire ce qui va se passer… »

Entendu sur les ondes de 98,5 FM à Montréal dans l'émission «Le Québec Maintenant» avec Paul Houde et Thérèse Parisien le 29 novembre 2017 (COGECO).


Le985RE Le985RE
Membre depuis il y a presque 3 ans

08:38

359

Guy A, Richard Z et Alain Lapointe des B.B. parlent du décès de Patrick Bourgeois
Publié il y a 21 jours

27592

Patrick Bourgeois, chanteur des B.B. et père de Ludovick, que le Québec entier a découvert grâce à La Voix, est décédé en fin-de-semaine suite à un cancer du colon qu’il combattait depuis des mois. Catherine Beauchamp, du 98,5 FM à Montréal, a recueilli les propos de personnes qui ont été proches de lui durant sa carrière: Alain Lapointe, un des trois membres des B.B., Richard Z Sirois et Guy A. Lepage se sont exprimés sur la disparition de celui qui aura marqué une génération dans les années ’90.

Voici un résumé de leurs propos:

Alain Lapointe des B.B.:

«Quand on s’est vu la dernière fois, il avait encore espoir qu’on se revoit dans sa nouvelle maison, qui a été finie de bâtir en fin-de-semaine…qu’il n’aura jamais eu l’occasion de voir. Patrick c’était un homme doué, un gars attachant, tout le monde voulait graviter autour de Patrick, il avait cette force là, ce genre d’énergie qui attire les gens. Les mélodies que Patrick faisaient, c’était comme des vers d’oreille tu sais, tu peux pas l’oublier.».

Richard Z. Sirois:

Quand on se voyait, et c’est peut-être pour ça qu’on était ben chum, on parlait pas de ça. Il ne voulait pas parler de sa maladie, il voulait juste parler de la vie. On regardait des films, on parlait de musique, on parlait des Rolling Stones. Il avait juste le goût de parler de la vie et non pas de ce qui le touchait.

Guy A. Lepage:

Je dirais que professionnellement, c’était une vrai rock star. Je me rappelle dans le temps de RBO, nous, fallait sortir par les portes de côté, parce qu'on avait peur de se faire sauter dessus. Mais quand les B.B. sont arrivés, je te dis qu’on est passé deuxième en tabarouette là. Je pense que toutes les femmes qui ont 40 ans aujourd’hui ont découvert la musique du Québec en écoutant les B.B. Je pense qu’il doit même avoir des filles de 40 ans qui ont de la peine aujourd’hui .

En terminant son reportage dans l'émission de Paul Arcand ce matin, la chroniqueuse Catherine Beauchamp a avoué que la musique de Bourgeois et des B.B. avait marqué son adolescence: «C’est venu effectivement me chercher très loin hier» a-t-elle dit visiblement émotive.

Entendu sur les ondes du 98,5 FM à Montréal dans l'émission «Puisqu’il faut se lever» avec Paul Arcand le 27 novembre 2017 (COGECO).


Le985RE Le985RE
Membre depuis il y a presque 3 ans

05:02

364

Claude Legault s'en prend à Geoff Molson: «Va gérer ta bière pis tes immeubles, criss, c'est pas tes affaires le hockey, ça parait là»
Publié il y a 23 jours

27590

L’acteur bien connu des québécois et grand fan du Canadien depuis toujours; Claude Legault, a effectué une attaque en règle contre la haute direction du tricolore alors qu’il était questionné sur l’état actuel de son équipe favorite par Catherine Beauchamp, en plein tapis rouge de la première du film «Junior majeur», film qui traite justement de hockey. Il a offert une réponse franche, inattendue, et surtout non censurée, tellement que la chroniqueuse culturelle et l’animateur de l’émission matinale de fin-de-semaine au 98,5 FM ont du avertir les auditeurs du contenu cru qu’ils s’apprêtaient à leur faire entendre en ce samedi matin habituellement un peu tôt pour ce genre de propos.

Au départ, Legault s’en ai pris au directeur général Marc Bergevin: «J’avais confiance en ce gars-là un moment donné, mais depuis les ¨moves¨ qu’il a fait depuis une année et demie, il a perdu cinq presque six défenseurs de son alignement régulier. Y’a pas signé Markov, un gars qui a passé toute sa vie ici…il l’a laissé partir comme un malpropre. Radulov; on l’avait le gars qui marquait des buts, il l’a laissé partir aussi, pis y’a tout mis son argent sur une ¨christie¨ de paire de pads…» a dit l’acteur faisant référence au contrat de 10 ans de Carey Price signé cet été. «On est foutu pour, je te dirais, au-dessus de dix ans avec ça!» A dit Legault visiblement amer.

Mais l’acteur n’avait pas terminé son analyse. Visiblement désabusé de la performance de son équipe et surtout du mouvement de personnel effectué depuis quelques années. Il s'est alors attaqué à celui qui occupe le poste le plus élevé chez le Canadien: «Le ménage, c’est au deuxième qu’il faut le faire» a-t-il dit: «Puis Molson, avant y’avait un président, il s’est nommé président. Il devrait lâcher ça, parce que je pense qu’il connait rien là dedans. Il devrait mettre un vrai président, avec son directeur gérant, pis s’enlever de d’là.« Puis il a offert un message très direct au au président et chef de la direction du club de hockey des Canadiens de Montréal: Va gérer ta bière pis tes immeubles que t’achète partout là, criss, c’est pas tes affaires le hockey, ça parait là…tout le monde est en tabarnak…on le voyait au début de l’été, on disait ¨quessé¨ qui va arriver avec cette équipe là, ça va être pourrie, et c’est pourrie!» A dit Legault, manifestement en colère!

Wow! On a pas fini d'entendre parler de cette sortie spectaculaire et d'en mesurer les répercussions dans l'imaginaire collectif des nombreux fans du CH qui se reconnaitront possiblement en masse dans la montée verbale de cet acteur très respectée des québécois qui a peut-être seulement dit tout haut ce beaucoup de partisans pensent, tout bas.

Entendu sur les ondes du 98,5 FM à Montréal dans l'émission «Week-end Extra» avec Mathieu Beaumont le 25 novembre 2017 (COGECO).


Le985RE Le985RE
Membre depuis il y a presque 3 ans

02:28

12954

Couteau permis en avion: «Le monde sont pas fous à temps plein, ils savent bien qu'il y a un deal avec une communauté religieuse» —Régis Labeaume
Publié il y a 23 jours

27589

En visite à Montréal cette semaine, Régis Labeaume s’est arrêté au micro de l’émission de Paul Arcand pour parler de différents sujets qui ont marqué les dernières semaines dont sa ré-élection, les radios de Québec, le traffic grandissant dans sa ville, le retour des Nordiques, les couteaux dans les avions, Donald Trump etc…

Rappelons que Transports Canada a annoncé il y a deux semaines, qu’elle modifiait sa liste des articles interdits pour les passagers en avions (en vigueur le lundi 27 novembre). L’agence fédérale autorisera ainsi les petites lames de couteau de six centimètres ou moins pour les vols au Canada. Cela inclut les petits ciseaux et les petits couteaux suisses. Les lames de ce genre demeureront toutefois interdites pour les vols en direction des États-Unis.

Cette nouvelle n’a cessé depuis de créer des remous autant dans la population que dans le monde politique. Le maire de Québec, Régis Labeaume, a été amené à se prononcer sur le sujet lors d’un entretient avec Paul Arcand jeudi matin au 98,5 FM. Il n’a pas hésité du tout à donner une réponse qui laissait peu de place à l’interprétation: «Moi je pense que ça pas de bon sens...je veux bien respecter toutes les religions, mais je pense ça marche pas. :Le problème là-dedans, c’est quand les gouvernements posent des gestes comme ça, ils créent de la désaffection. Le niveau de confiance envers les gouvernements baissent à chaque fois, parce que le monde est pas fou, ils savent bien que ce qu’il y a en arrière de ça est un espèce de deal avec certaines communautés canadiennes, pis je respecte les communautés canadiennes qui demandent à ce qu’on respecte leurs religions, mais la religion peut pas l’emporter sur tout, parce qu’on a vu ça dans le passée quand la religion l’emportait sur des principes fondamentaux dans une communauté, dans une société, ce que ça donnait. Alors c’est juste que quand on fait ça, on diminue la confiance collective envers les gouvernements, et ça c’est mauvais, c’est extrêmement mauvais, pis après ça on se demande pourquoi les gens sont cynique t'sé…» a dit le maire qui a ensuite répété clairement ce qu’il pensait de la décision du ministre des Transports Marc Garneau: «Le monde est pas fou à temps plein, ils savent bien qu’il y a un deal avec une communauté religieuse, alors ça me désarme à chaque fois moi ces affaires-là…les politiciens sont de même, on dirait qu’ils ne veulent pas perdre un vote. Un moment donné il faut que tu acceptes dans la vie de perdre des votes, c’est de même, parce que tu as des principes fondamentaux, puis si ces principes fondamentaux là te font perdre des votes, ben c’est ça gouverner» a dit le maire, manifestement en total désaccord avec la décision du gouvernement fédéral.

Puis Labeaume a terminé avec un exemple très concret de la réalité que la population vivait en prenant un vol d’avion de nos jours: «Je peux pas être d’accord avec ça, moi quand je prend l’avion puis on me dit que mon tube de pâte à dents a plus que 100 millilitres puis que je le met dans la poubelle, je comprend, je suis les règles, je suis en maudit, faut que je m’achète de la pâte à dents en arrivant là-bas, tu sais. Mais là un couteau, je sais pas, je comprend pas là…»

Entendu sur les ondes du 98,5 FM à Montréal dans l'émission «Puisqu’il faut se lever» avec Paul Arcand le 23 novembre 2017 (COGECO).


Le985RE Le985RE
Membre depuis il y a presque 3 ans

01:58

309

Labeaume chez Arcand à propos des Nordiques: «Moi je suis certain qu’ils vont venir, aucun doute, aucun doute…»
Publié il y a 24 jours

27587

En visite à Montréal cette semaine, Régis Labeaume s’est arrêté au micro de l’émission de Paul Arcand pour parler de différents sujets qui ont marqué les dernières semaines dont sa ré-élection, le traffic grandissant dans sa ville, le retour des Nordiques, les couteaux dans les avions, Donald Trump etc…

Concernant les Nordiques, Labeaume a souligné qu’il arrivait au commissaire de la LNH de faire exactement le contraire de ce qu’il disait quelques mois auparavant: «Bettman regardez, quand Atlanta est partit pour Winnipeg, alors il en a parlé deux jours avant pis il a dit complètement le contraire de ce qu’il avait dit des mois précédents…» a-t-il dit pour diminuer l'importance du discours récent du patron de la plus grosse ligue de hockey au monde.

Puis à la question si il y croyait encore (au retour des Nordiques), Labeaume na pas hésité une seconde: «Moi je suis certain qu’ils vont venir, aucun doute, aucun doute…» a-t-il affirmé. Et le maire a continué de parler de la LNH et du commissaire: «Je regarde leur business là, ça va pas si bien que ça là…au total ils vont bien, ils font beaucoup d’argent au total…mais, Bettman c’est un gars qui garde ces cartes proches de lui…il donne pas beaucoup de signe avant coureur de ce qui va arriver, mais en même temps les gouverneurs de la ligue pis les propriétaires ils l’adorent par qu’il leur font faire beaucoup d’argent, il est le roi et maitre pis c’est un homme d’affaire très intelligent...»

C’est alors qu’Arcand est revenu à la charge sur les Nordiques: «Mais là vous avez pas d’indication qu’il veut faire un transfert par exemple?» Labeaume a hésité un peu avant de répondre: «moi je suis sur qu’il va avoir un club à Québec, c’est tout ce que je peux vous dire à l’instant» a-t-il dit, sans trop se mouiller, tout en vantant les mérites du partenariat entre Québecor et la LNH concernant la retransmission des matchs à la télé.

Entendu sur les ondes du 98,5 FM à Montréal dans l'émission «Puisqu’il faut se lever» avec Paul Arcand le 23 novembre 2017 (COGECO).


Le985RE Le985RE
Membre depuis il y a presque 3 ans

01:49

417

Labeaume chez Arcand: «Les radios ont fait campagne contre moi... pis bon y'ont eu 27%»
Publié il y a 24 jours

27586

En visite à Montréal cette semaine, Régis Labeaume s’est arrêté au micro de l’émission de Paul Arcand pour parler de différents sujets qui ont marqué les dernières semaines dont sa ré-élection, le traffic grandissant dans sa ville, le retour des Nordiques, les couteaux dans les avions, Donald Trump etc…

Lorsque Paul Arcand lui a demandé quelle était son approche aux problèmes grandissants de circulation à Québec, tout en lui rappelant que les partisans de l’auto était nombreux dans la capitale, Labeaume a offert une réponse cinglante: «Les partisans de l’auto ont fait campagne, les radios ont fait campagne contre moi, pis y’ont eu 27%» a dit le maire réélu, soulignant par le fait même sa victoire sans équivoque contre ceux qui n’appuyaient pas, selon lui, son projet de transport structurant, qui rappelons-le, n’est toujours pas encore totalement défini.

Le maire a toutefois reconnu qu’il y avait beaucoup de partisans du 3e lien, «mais moi j’suis maire de Québec, mon rôle pour l’avenir de cette ville là c’est faire en sorte qu’il y ait un réseau de transport structurant pour qu’on prévoit l’avenir»

Entendu sur les ondes du 98,5 FM à Montréal dans l'émission «Puisqu’il faut se lever» avec Paul Arcand le 23 novembre 2017 (COGECO).


Le985RE Le985RE
Membre depuis il y a presque 3 ans

03:39

544

Couteaux dans les avions, la CAQ dit non! «On risque de compliquer des vols vers les États-Unis»
Publié il y a 25 jours

27582

Rappelons que Transports Canada a annoncé, il y a deux semaines, qu’elle modifiait sa liste des articles interdits pour les passagers en avions (en vigueur le lundi 27 novembre). L’agence fédérale autorisera ainsi les petites lames de couteau de six centimètres ou moins pour se conformer aux pratiques internationales. Cela inclut les petits ciseaux et les petits couteaux suisses. Les lames de ce genre demeureront toutefois interdites pour les vols en direction des États-Unis.

Cette nouvelle a bien sur créée des remous autant dans la population que dans le monde politique si bien que la CAQ a décidé de présenter une motion à l’Assemblée Nationale sur le sujet, via le porte parole en matière de transport Benoît Charrette qui était avec Paul Houde au 98,5 FM hier pour expliquer la nature de la motion.

«Pour notre part, il n’y a aucune considération religieuse dans notre prise de position, c’est une stricte préoccupation de sécurité» a dit Charrette: «Six centimètres, ce n’est pas rien, si on ajoute à ça le manche, on parle d’une arme qui peut être très offensive et menaçante à même un vol commerciale» a-t-il ajouté. Pour expliquer davantage sa positon, le porte parole de la CAQ a parlé de la situation géographique du Canada: «On vit avec un marché extrêmement intégré au niveau du transport aérien. Les États-Unis se refusent d’aller dans cette voie-là. Donc on risque de compliquer peut-être aussi des vols vers les États-Unis ultimement, c’est une décision qui s’explique mal»

Soulignons que mise à part les députés de Québec Solidaire, tous les autres députés de l’Assemblée Nationale ont appuyé la motion.

Entendu dans Le Québec Maintenant avec Paul Houde au 98,5 FM Montréal. Le 22 novembre 2017. (COGECO).


Le985RE Le985RE
Membre depuis il y a presque 3 ans

04:46

91

CH en déroute: «Faut être jugé sur les gestes qu’on pose et sur les résultats de l’équipe» —Serge Savard
Publié il y a 27 jours

27572

Un des plus grand défenseur de l’histoire du Canadien et le dernier directeur général de l'équipe a avoir remporté une Coupe Stanley; Serge Savard, était l’invité de Mario Langlois hier à l’émission Les Amateurs de Sports au 98,5 FM. Il a parlé très ouvertement de la situation actuelle du tricolore, une situation qui inquiète beaucoup ceux qui suivent les activités de l'équipe depuis le début de la saison.

10 phrases marquantes de la rencontre entre Serge Savard et Mario Langlois:

1- «J’ai toujours dis que les Nordiques nous ont rendu meilleurs comme organisation parce qu’ils nous ont fait travailler deux fois plus fort»

2- «J’ai gagné deux Coupes Stanley comme gérant générale et je me suis fait congédier après 4 matchs en début de saison»

3- «Carey Price, pendant des années, l’organisation s’est pourfendu à dire qu’il était le meilleur gardien de la planète, pis on l’a payé 10 millions par année, pis aujourd’hui, ben, c’est comme si on savait rien, tu sais, je commence à être tanné, bas du corps, haut du corps, on est pas au courant de rien, je pense que le monde mérite d’être informé…»

4- «En 1986… je me suis aperçu qu’il y avait une rébellion à l’intérieur du club, tout le monde voulait la tête de Jean Perron, je me suis assis avec 8 ou 9 de mes vétérans… pis je leur ai dit qu’ils étaient pas question de mettre Jean Perron à la porte pis que c’était à eux autres de décider si ils voulaient jouer ou pas jouer ou qu’ils s’en aillent chez-eux…plus tard on a gagné la Coupe Stanley»

5- «Il se passe des choses…il faut identifier le problème et après ça, il faut le régler!»

6- «Cette année, on avait deux gars là, nos deux meilleurs joueurs de l’équipe l’an passée, y’en a un qui s’appelait Markov, pis l’autre Radulov, ces deux-là voulaient jouer à Montréal pis on a réussi à les faire signer ailleurs…»

7- «Un moment donnée, tu peux pas reconstruire une défensive en une fin-de-semaine là…»

8- «Le monde ont le droit de huer…c’est eux autres qui paient pour entrer pis qui reçoivent une augmentation sur leurs billets de saison»

9- Concernant la direction: «Ils ont tous des contrats jusqu’en 2022, c’est fatiguant la…»

10- «Quand on a envoyé Subban qu’est-ce qu’on a dit? ¨On a besoin de leadership y’a pas de leader sur cette équipe là¨. Moi je me rappelle que Subban avait battu les Bruins de Boston presqu’à lui seul dans une série, mais on a été chercher Weber, j’ai rien contre Weber, on était sensé faire un pas en avant, pis d’être de beaucoup supérieur, pis d’aller chercher un leadership qu’on avait pas, ben ça s’est pas matérialisé là…Weber, Canadien est pris avec un contrat de 16-17 millions par année»

11- «Ce que j’ai pas aimé… quand un recruteur dit, c’était pas mon choix parce que ça s’est avéré un mauvais choix, je trouve ça cheap shot un peu»

Entendu sur les ondes du 98,5 FM à Montréal dans l'émission Les Amateurs de Sports avec Mario Langlois le 20 novembre 2017 (COGECO).


Le985RE Le985RE
Membre depuis il y a presque 3 ans

23:03

649

logo radioego

radioego.com